Que ce soit dans sa cour ou sur un lac, aménager une patinoire chez soi reste l’un des grands plaisirs de l’hiver. À condition de bien le faire ! Voici les conseils d’habitués.

Sylvain Sarrazin Sylvain Sarrazin
La Presse

Dans sa cour

On voit de nombreuses cours abandonnées au cours de l’hiver. Dommage, car ces espaces inutilisés pourraient facilement accueillir une patinoire, pas si compliquée à réaliser.

Les bandes

Pour une aire de patinage simple, une petite bordure montée avec de la neige mouillée fera l’affaire. Mais pour les amateurs de hockey, des bandes en bois seront plus appropriées. Éric Dionne, résidant de la Rive-Sud qui installe une patinoire dans sa cour depuis cinq ans, plante des piquets dans le gazon avant les premières gelées, puis y fixe des planches de contreplaqué récupérées. « Il faut aussi des supports derrière, en diagonale, pour maintenir le tout », recommande-t-il.

Le nivellement

Patiner en pente, ce n’est pas l’idéal. Mieux vaut viser les surfaces les plus planes du terrain et, au besoin, mettre un peu à niveau avant l’hiver ou en tapant la neige. M. Dionne suggère de s’éloigner de la maison : « Plus c’est en pente, plus ça prendra du temps pour mettre à niveau. »

La surface

Pour la base, plusieurs options : étendre une bâche blanche, éventuellement fixée aux bandes de bois, pour protéger le gazon et créer de l’étanchéité ; installer une petite cuve de rétention ; créer la patinoire directement sur le sol. C’est ce que fait M. Dionne, mais attention, il lui est déjà arrivé de repartir de zéro après un dégel.

Une fois les grands froids venus, il est temps de former la glace. Éric Dionne procède par couches, en utilisant deux seaux de 18 litres. « On utilise l’eau la plus froide possible, pour qu’elle gèle rapidement », dit-il. Ce premier socle est créé en vagues successives, déversées matin et soir sur deux ou trois jours. Pour la surface finale, on écoule quelques seaux d’eau tiède ou chaude, ce qui laissera au liquide le temps de s’étendre et de se lisser parfaitement.

Les fioritures

Il est possible de faire des lignes de hockey en insérant, entre les couches, des bandes de couleur. M. Dionne utilise des rubans de Noël !

L’entretien

Les deux ennemis de la patinoire sont la neige et les dégels. Dans le premier cas, on déblaye après une séance de patinage ou des précipitations floconneuses. Dans le second, il faut absolument éviter d’utiliser la surface. Le redoux passé, au besoin, on la refait en arrosant de nouveau.

PHOTO FOURNIE PAR LA FAMILLE LONG

Sur un lac

Patiner sur le lac près du chalet, c’est un vrai délice, mais on reste à la merci de dame Nature et de ses caprices.

Une épaisseur suffisante

« Il n’y a pas de technique comme telle, ça prend plusieurs nuits à - 20 °C, sans chute de neige. Le reste, ça se fait tout seul », explique Ronald Long, qui aménage depuis plus de 25 ans une patinoire sur le lac à la Truite, dans les Laurentides. Un minimum de 4 po d’épaisseur est préconisé pour patiner.

L’entretien

Il dépend des aléas de la météo. « S’il neige peu, cela se fait avec une gratte. S’il neige beaucoup, on utilise une souffleuse », dit M. Long, qui aménage une patinoire de 100 pi sur 50 pi, ou plus petite, selon les années. Bien nettoyée, par une journée ensoleillée et venteuse, la glace se polit d’elle-même. Les éléments honnis : la pluie ou le mélange neige/pluie, avant lesquels il faut absolument déblayer les surfaces.

Les réparations

Il est possible de colmater les fissures avec de la neige humectée. Une fois comblées, on les frotte énergiquement avec ses mitaines ou une rondelle de hockey. Ronald Long fait ces interventions le soir, afin que les réparations aient le temps de bien geler durant la nuit.

Faire un trou ? 

Certains utilisent un baril pour arroser par grand froid, d’autres, une pompe pour faire remonter l’eau. « On a essayé de faire un trou une année avec mon père, mais c’est du trouble, au froid », prévient M. Long.

La présence

M. Long recommande de ne pas s’absenter trop longtemps, car l’accumulation de neige, faisant pression sur la glace, fait remonter de l’eau et déforme la surface.