Les émissaires israéliens qui ont négocié au Caire un échange de prisonniers en vue de la libération du soldat israélien Gilad Shalit ont rendu compte lundi soir à Tel-Aviv de leurs entretiens au Premier ministre sortant Ehud Olmert, a indiqué la télévision publique.

AGENCE FRANCE-PRESSE

La télévision a fait état de progrès «importants» dans les négociations menées avec les islamistes du Hamas par l'intermédiaire des Egyptiens, sans toutefois être en mesure de préciser si un accord était intervenu.

Le chef d'état-major le général Gaby Ashkenazi, qui effectuait une visite aux Etats-Unis, a avancé à mardi son retour en Israël afin de participer aux discussions en cours, a ajouté la radio militaire.

M. Olmert a pour sa part convoqué un conseil des ministres mardi matin pour discuter des résultats des discussions menées par ses envoyés: Youval Diskin, patron du Shin Beth, le service israélien de sécurité intérieure, et Ofer Dekel un de ses conseillers, avec Omar Souleimane, le chef des services de renseignements égyptiens.

Ces négociateurs devaient à l'origine rentrer en Israël dimanche soir mais leur retour a été reporté à lundi.

Les discussions visent à obtenir la libération du jeune soldat franco-israélien, détenu depuis près de 1.000 jours dans la bande de Gaza, que contrôle le mouvement islamiste Hamas, contre plusieurs centaines de détenus palestiniens.

Gilad Shalit a été enlevé en juin 2006, par un commando palestinien, en bordure de Gaza.

Selon la presse israélienne, les deux émissaires étaient porteurs d'un ultimatum: soit les islamistes acceptent maintenant un accord, soit ils devront traiter avec l'équipe du prochain chef du gouvernement pressenti, le chef de la droite Benjamin Netanyahu, qui pourrait s'avérer moins souple.

La négociation porte en particulier sur les noms des prisonniers du Hamas, dont des auteurs de sanglants attentats, qu'Israël accepterait de libérer contre Shalit ainsi que sur le lieu de leur libération.

Les responsables israéliens refusent que des dizaines de détenus qui pourraient être libérés s'installent en Cisjordanie de crainte qu'ils commettent de nouveaux attentats en Israël.

Le numéro deux du bureau politique du Hamas, Moussa Abou Marzouk a confirmé que le Hamas demande l'élargissement de 450 condamnés islamistes, en plus de 550 autres détenus: adolescents, femmes ou responsables politiques du Hamas.

Israël a conditionné la conclusion d'un accord de trêve durable dans la bande de Gaza ainsi que l'ouverture des points de passage entre Israël et la bande de Gaza à la libération de Gilad Shalit.

Renforçant les pressions exercées sur M. Olmert, les parents du soldat se sont installés dans une tente face à sa résidence, à Jérusalem, recevant des milliers de visites de soutien.