La ville de Libourne et l’homme d’affaires Michel Ohayon, président du fonds d’investissement FIB (Financière immobilière bordelaise) présent dans l’hôtellerie de luxe, l’immobilier commercial et le vin notamment, ont présenté début janvier un ambitieux projet qui se veut le « plus grand complexe oenotouristique d’Europe », avec l’objectif capiteux de 6 millions de visiteurs à terme, et des visées notamment sur les clientèles américaine et chinoise, déjà aimantées dans un Libournais adossé aux prestigieux Pomerol et Saint-Émilion (1 million de visiteurs annuels à Saint-Émilion).

Agence France-Presse

Le projet entend redonner vie aux 6 hectares qu’occupaient les anciennes grandes casernes en cœur de ville de Libourne, trois bâtiments néo-classiques construits entre 1766 et 1820, inscrits aux Monuments historiques, et qui abritaient jusqu’en 2009 l’ESOG, l’École de sous-officiers de la gendarmerie.

L’« oenopole », sous forme de mini-village avec déambulation sur près de 80 000 m2, comprendra un centre commercial dédié au vin — un « grenier du vin mondial » — avec 150 propriétaires, négociants, cavistes, mais aussi un hôtel, un musée, des boutiques de luxe, un restaurant, un auditorium, un parc de loisirs intérieur, une brocante.

Le promoteur, qui évoque des partenaires de poids déjà intéressés et un investissement de « centaines de millions d’euros », escompte un début des travaux au premier semestre 2023.