(Bordeaux) Les vignerons de Saint-Émilion ont voté mercredi la mise en place d’un système collectif de lutte contre la grêle.

Agence France-Presse

« Canicule, gel, grêle… les vignes sont soumises tout au long de l’année à des aléas climatiques de plus en plus fréquents et violents. Comment faire face à ces phénomènes naturels qui peuvent entraîner la perte des récoltes et du travail de toute une année ? », demande un communiqué du Conseil des Vins de Saint-Émilion qui a « travaillé pendant plus de deux ans » sur un système de lutte contre la grêle.

Ce système, réparti sur quatre appellations — Lussac Saint-Émilion, Puisseguin Saint-Émilion, Saint-Émilion et Saint-Émilion Grand Cru (soit environ 7500 hectares et 900 vignerons) — est « à la fois très technique et très simple ».

Grâce à un radar qui détecte des fronts orageux, un logiciel envoie un message d’information aux viticulteurs. Ils peuvent alors déclencher des lanceurs qui libèrent des ballons gonflés d’hélium. Ils sont équipés « d’une torche qui, au cœur du nuage, disperse des sels hygroscopiques (200 g dans chaque ballon) ». Ces sels de chlorure de calcium « permettent de limiter ou d’empêcher la formation des grêlons et de provoquer à leur place des précipitations ».

« Sans pour autant offrir une garantie à 100 %, ce système doit permettre de diminuer très largement l’impact de la grêle », conclut le communiqué.