(Prague) Les brasseries tchèques ont cessé de vendre leur bière en fût, au profit des bouteilles et canettes, depuis la fermeture des pubs dans ce pays considéré comme le plus grand amateur de bière au monde, où la pandémie pèse lourdement sur le secteur, ont indiqué des experts mercredi.

Agence France-Presse

Pour rester à flot, trois des quatre plus grands groupes de brassage tchèques — Pilsner Urquell, Staropramen et Budejovicky Budvar — ont déclaré avoir complètement cessé de remplir des fûts.

« Nous produisons davantage de bière en bouteilles et en canettes, nous avons constaté une croissance de 15 % de la demande », déclare à l’AFP la porte-parole de Staropramen, Denisa Mylbachrova.

Le gouvernement tchèque a fermé, le 14 mars, les pubs et les restaurants, alors que statistiquement, chaque Tchèque consomme 141 litres de bière par an, le volume par tête le plus élevé au monde.

Depuis, la demande de bière en fût, qui représente 40 % de la production totale, est tombée à zéro, affirme à l’AFP Martina Ferencova, directrice de l’Association tchèque de la bière et du malt.

Les exportations, à leur tour, ont été touchées quand le gouvernement a fermé les frontières, le 16 mars.

Les grandes brasseries arrivent encore à s’en sortir grâce aux contrats avec la grande distribution où elles écoulent bouteilles et canettes, mais le secteur autrefois dynamique de près de 500 microbrasseries est au bord de la catastrophe, selon des experts.

« La baisse moyenne de la production est de 80 %, car les petites brasseries n’ont pas les capacités d’embouteillage », en bouteilles et canettes, explique Jan Suran, directeur de l’Association tchéco-morave des microbrasseries.

« Les petites brasseries n’ont pas de réseau de distribution », hors des pubs, « et ne vendent donc presque rien », a-t-il expliqué à l’AFP.

De nombreux pubs tchèques ont trouvé un moyen de se conformer à la nouvelle règle en vendant de la bière à emporter, via un guichet. Certaines brasseries artisanales proposent aussi de la bière à emporter et un service de livraison, pour éviter de sombrer.

Petites brasseries et pubs — qui forment souvent une seule entreprise — « tiennent le coup, mais si cela (la fermeture des pubs) continue jusqu’à la fin avril, ce qui est très probable, environ 20 % risquent de couler ».

« Et si cela dure un mois supplémentaire, ce sera presque 50 % », a estimé M. Suran, copropriétaire d’un pub et d’une brasserie à Prague.

La République tchèque a enregistré mercredi 3330 cas confirmés de virus, dont 32 décès.