Rien ne semble vouloir stopper l’élan du milieu de la microbrasserie du Québec. En date du 1er décembre, la province avait vu 28 entreprises brassicoles s’ajouter au 244 déjà implantées à la fin de l’année dernière. Tout ça en dépit du fait que bon nombre d’artisans brasseurs n’ont pas été en mesure de réaliser autant de ventes directes qu’à l’habitude. Une partie du succès est donc attribuable aux détaillants, qui font plus que jamais une place de choix aux produits brassicoles artisanaux. C’est le cas des boutiques montréalaises Veux-tu une bière ?, qui viennent justement de souligner en grand leurs 10 ans. Entrevue.

Pierre-Marc Durivage Pierre-Marc Durivage
La Presse

« Le marché a beaucoup évolué au cours des 10 dernières années, a admis Patrice Lavoie, propriétaire des trois boutiques Veux-tu une bière ? Au début, c’était un défi d’avoir suffisamment de bières différentes pour remplir nos frigos. Maintenant, je pourrais remplir 15 magasins comme les miens si je voulais faire de la place à toutes les nouveautés sur le marché. »

Au fil du temps, le détaillant, qui a pignon sur rue dans les quartiers Villeray, Petite-Patrie et Mile End, a choisi de raffiner sa sélection : « On a toutes les bières que l’on aime le plus sur le marché, a reconnu Patrice Lavoie. C’est plus de casse-tête pour commander, il faut goûter, mais on veut offrir la sélection la plus diversifiée possible. »

C’est donc la même approche qui a été retenue quand est venu le temps de développer l’incroyable idée imaginée pour souligner les 10 ans du magasin.

Je voulais quelque chose de spécial, quelque chose qui n’avait jamais été fait au Québec. C’est alors qu’un employé a suggéré l’idée d’embouteiller de la bière en bouteilles de 1,5 litre. Les magnums, c’est très rare au Québec, c’est un format très festif, parfait pour souligner notre 10e anniversaire.

Patrice Lavoie

La réponse des producteurs — il y a aussi dans le lot deux cidreries et un vignoble — a été presque unanime, beaucoup d’entre eux profitant de l’occasion pour embouteiller des produits complètement inédits. « J’ai d’abord acheté en Europe plus 1000 bouteilles de 1,5 litre, a dit Patrice Lavoie. J’ai ensuite fait une courte liste de brasseries que j’apprécie et qui sont bien en vue au Québec. Elles ont eu un an pour me proposer des choses spéciales, exclusives, des choses que l’on ne trouve pas dans ce format.

« Ce que je voulais, c’était de combler tous les spectres, des saisons barriquées rafraîchissantes aux bières aux fruits un peu sûres, en passant par du vin d’orge affiné en fûts de bourbon, a-t-il ajouté. On aurait bien aimé avoir une bière de soif, mais le projet a achoppé à la dernière minute. Une chose est sûre, l’offre est originale et variée, et le format est réconfortant ! »

Effort de démocratisation

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Parmi les magnums vendus pour souligner les 10 ans des boutiques Veux-tu une bière ?, on pouvait trouver des produits rares des microbrasseries Auval, Robin, Beauregard, Messorem Bracitorium, Brett & Sauvage, Sir John, Dieu du Ciel !, Bas-Canada et Dunham, de même que des cidreries Alma et Clos Saragnat, et du vignoble Négondos.

Avec des produits aussi rares, Patrice Lavoie aurait facilement pu céder à la tentation de faire monter les enchères, mais c’est contre des principes d’accessibilité qui lui sont chers. « Si je les avais simplement offerts en magasin, des gens auraient placé leurs tentes sur le trottoir, il y aurait eu des files d’attente monstres, a-t-il soutenu. On a plutôt choisi d’annoncer un produit par jour sur l’internet, les gens pouvaient ensuite faire quatre choix dans un formulaire en ligne. Tout le monde avait donc une chance égale de gagner.

« Ça me paraissait plus juste pour les gens qui ont une famille et qui n’ont pas huit heures à perdre à faire la file devant le commerce en plein temps des Fêtes alors que tout le monde travaille, s’est empressé d’ajouter le jeune homme. Si tu fais un release le samedi à midi, tu vas voir arriver le beer geek avec sa famille au grand complet, y compris sa grand-mère ! Il veut acheter toutes les bières et il va être agressif. Gérer ce genre de situation n’est jamais très agréable. Avec un tirage comme celui que l’on a fait, la prof de ma fille va avoir la chance d’en gagner une, même chose pour l’amateur passionné, c’est ça qui est cool ! »

En tout, 750 bouteilles ont été vendues parmi les quelque 4000 inscriptions valides — on a en effet épinglé quelques tricheurs, l’un d’entre eux ayant notamment essayé de s’inscrire 40 fois avec des variations dans son nom et des adresses courriel différentes…

Bref, en dépit de ses beaux succès, Patrice Lavoie garde le cap et conserve la même passion qu’il y a 10 ans, avec pour objectif d’ouvrir des horizons nouveaux pour une clientèle toujours aussi diversifiée. « C’est plus que jamais nécessaire de conseiller la clientèle, mon modèle d’affaires est basé là-dessus, nous a-t-il affirmé. Je veux des magasins sans prétention dans des quartiers les plus résidentiels possible, où les gens se sentent à l’aise, assez pour venir nous voir même en pyjama et en pantoufles ! »

Sélections de Patrice Lavoie

Patrice Lavoie, propriétaire des boutiques Veux-tu une bière ?, nous fait part de ses choix réconfortants pour la période des Fêtes.

Dunham

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Mroczny Pan, de Dunham

Porter baltique classique brassée en collaboration « virtuelle » avec la brasserie polonaise Browar Widawa. Forte en alcool sans être trop lourde, avec un équilibre impressionnant et une texture ultra soyeuse. Elle est longue en bouche avec des saveurs de chocolat noir. Tout à fait décadent.

Mroczny Pan, 9,2 % alc./vol, 473 ml.

> Consultez le site de la Brasserie Dunham

Dieu du Ciel !

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Aphrodisiaque, de Dieu du Ciel !

L’Aphrodisiaque est une ale noire stout dessert de la vieille école avec cacao et vanille. Le taux de sucre est raisonnable pour le style, un grand classique à revisiter !

Aphrodisiaque, 6,5 % alc./vol., 341 ml.

> Consultez le site de la Microbrasserie Dieu du Ciel !

La Souche

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Gros Pin, de La Souche

Bonne rousse de fin de journée quand on a soif ! Goût de céréales rôties avec un malt caramélisé, croquante, légère amertume et une finale sèche. Une rousse classique et idéale.

Gros Pin, 5 % alc./vol., 473 ml.

> Consultez le site de La Souche

Avant-Garde

PHOTO ALAIN ROBERGE, LA PRESSE

Octobre… en avril ?, d’Avant-Garde

Vin d’orge d’inspiration britannique affiné cinq mois en barriques de bourbon. Très chaleureuse, riche et ronde. Bonne amertume et saveur de bourbon intense. Globalement excellente, tout est à sa place et ça fait chaud au cœur. À boire doucement en solitaire, confortablement confiné !

Octobre… en avril ?, 9,5 % alc./vol., 473 ml.

> Consultez le site d’Avant-Garde