(Dublin) La semaine a commencé avec une Guinness au petit-déjeuner pour certains en Irlande, où les pubs ont été autorisés lundi à rouvrir après 15 semaines de fermeture due à la pandémie de nouveau coronavirus.

Joe STENSON
Agence France-Presse

Les pubs servant de la nourriture ainsi que les restaurants et les hôtels sont autorisés à ouvrir, le pays entrant dans l’avant-dernière étape de son plan de déconfinement.

Toutes les restrictions sur les déplacements à l’intérieur du pays sont levées, et les églises, les salons de coiffure, les cinémas et les musées peuvent rouvrir. Jusqu’à 50 personnes peuvent se rassembler à l’intérieur et 200 à l’extérieur.

« La Guinness est bonne pour la santé », plaisante Mark O’Mahony, le premier client à se voir servir une pinte de la célèbre bière noire irlandaise avec son petit-déjeuner au pub Doheny & Nesbitt, à Dublin. « Sans elle, ce n’était vraiment pas terrible ces 15 dernières semaines ».

Ceux qui espèrent retrouver l’ambiance d’un pub irlandais bondé risquent toutefois d’être déçus. En raison des mesures de distanciation sociale, les buveurs devront rester assis et ne peuvent rester que 1 h 45 maximum sur place.

« C’est super de revenir au travail, de retrouver une sorte de normalité », se félicite malgré tout le gérant du pub, Eric Connell, interrogé par l’AFP. L’avenir reste néanmoins incertain : « est-ce que les gens vont avoir peur de revenir au pub ? »

Dans le pub The Boar’s Head, à la mi-journée, les livreurs de bière déchargeaient les tonneaux à la cave tandis que les clients étaient invités à patienter avant d’être placés. Du gel hydroalcoolique a été placé sur le bar — pour les mains.

Une pinte, « la normalité »

PHOTO PAUL FAITH, AGENCE FRANCE-PRESSE

« C’est super de revenir au travail, de retrouver une sorte de normalité », se félicite malgré tout le gérant du pub Doheny & Nesbitt, Eric Connell. L’avenir reste néanmoins incertain : « est-ce que les gens vont avoir peur de revenir au pub ? »

Andy Williams, publicitaire de 27 ans et amateur de Guinness, se félicite de retrouver le goût de la bière à la pression : « Elle n’a pas le même goût en cannette ».

« Il y a des choses pires dans le monde, mais en même temps, ça fait du bien de revenir à la normalité, et une pinte à Dublin c’est la normalité pour moi », ajoute-t-il, tandis que son collègue Sean Fitzgerald, 32 ans, descend son verre en trois gorgées.

Les 7000 pubs irlandais avaient fermé leurs portes à la veille de la Saint-Patrick, habituellement marquée par de joyeuses festivités, deux semaines avant le confinement décrété le 28 mars.

Mais cette réouverture suscite des sentiments partagés.

« Il existe une certaine demande de la population de retourner au pub, mélangée à de l’anxiété naturelle », a reconnu Padraig Cribben, de la Fédération des vignerons d’Irlande.

Les organisations représentatives du secteur estiment que quelque 2000 pubs ouvriront leurs portes lundi, tandis que les autres attendront la phase finale du déconfinement, le 20 juillet.

L’Irlande a enregistré 1735 décès liés à la pandémie de coronavirus, selon les chiffres du ministère de la Santé dimanche. Au plus fort de l’épidémie, 77 décès ont été enregistrés en une journée mi-avril, avant que le bilan quotidien ne tombe en dessous de 10 en juin, ce qui a poussé le gouvernement à accélérer sa « feuille de route » initiale de déconfinement.

Presque toutes les restrictions devraient désormais être levées en juillet plutôt qu’en août.