Source ID:409404; App Source:cedromItem

Vignoble de la Bauge: une visite en famille

  • En arrivant sur la terrasse surélevée du vignoble, la dégustation devient une expérience qui fait appel à tous les sens, en raison d'une activité qui consiste à décrire le goût et la texture du vin à l'aide de musique et de bouts de tissus. (Photo Anne Gauthier, La Presse)

    Plein écran

    En arrivant sur la terrasse surélevée du vignoble, la dégustation devient une expérience qui fait appel à tous les sens, en raison d'une activité qui consiste à décrire le goût et la texture du vin à l'aide de musique et de bouts de tissus.

    Photo Anne Gauthier, La Presse

  • 1 / 5
  • Le vignoble est l'un des plus ancien de la région. Les premières vignes ont été plantées par le père du propriétaire actuel, Alcide, en 1987. (Photo Anne Gauthier, La Presse)

    Plein écran

    Le vignoble est l'un des plus ancien de la région. Les premières vignes ont été plantées par le père du propriétaire actuel, Alcide, en 1987.

    Photo Anne Gauthier, La Presse

  • 2 / 5
  • Simon Naud propose une foule d'activités liées (ou non) au vin, comme des dégustations de viande de sanglier produite sur son domaine et des journées de vendange. (Photo Anne Gauthier, La Presse)

    Plein écran

    Simon Naud propose une foule d'activités liées (ou non) au vin, comme des dégustations de viande de sanglier produite sur son domaine et des journées de vendange.

    Photo Anne Gauthier, La Presse

  • 3 / 5
  • Situé à proximité des vignes, c'est le parc animalier qu'on voit en premier en arrivant au vignoble. Il est possible d'y voir des yaks, des émeus et des cerfs. (Photo Anne Gauthier, La Presse)

    Plein écran

    Situé à proximité des vignes, c'est le parc animalier qu'on voit en premier en arrivant au vignoble. Il est possible d'y voir des yaks, des émeus et des cerfs.

    Photo Anne Gauthier, La Presse

  • 4 / 5
  •  (Photo Anne Gauthier, La Presse)

    Plein écran

    Photo Anne Gauthier, La Presse

  • 5 / 5

Une balade sur la route des vins est rarement une activité familiale. Sauf au vignoble de La Bauge à Brigham, situé à une douzaine de kilomètres de Cowansville.

Ce ne sont pas les vignes qu'on voit en premier sur le chemin qui mène au vignoble, mais plutôt des vaches écossaises Galloway, ceinturées de blanc et de noir. Sur le domaine, les visiteurs sont accueillis par des faisans colorés. Le parc animalier compte une douzaine d'animaux comme des yaks, des émeus et des cerfs.

«Au début, les gens venaient surtout pour voir les animaux, dit le vigneron Simon Naud. Depuis une dizaine d'années, ils viennent pour le vin et ils sont heureux de voir les animaux.»

Le vignoble est l'un des plus anciens de la région. Les premières vignes ont été plantées par le père du propriétaire actuel, Alcide, en 1987. Puisqu'il élevait des sangliers sur son ancienne ferme laitière, il a nommé le vignoble «le nid du sanglier», soit La Bauge. Afin de produire son vin, il a transformé sa vieille laiterie en chai et modifié ses anciens réservoirs à lait en cuves de vinification. Ces contenants, inusités, sont toujours utilisés aujourd'hui.

À l'époque, le domaine faisait figure de pionnier de l'oenotourisme au Québec. Alcide Naud misait sur l'attrait de la ferme pour attirer les touristes dans son vignoble.

Parcours touristique

Simon Naud a poursuivi. Il propose une foule d'activités liées (ou non) au vin: des dégustations de viande de sanglier produite sur son domaine, des journées de vendange et, depuis l'an dernier, une expérience "polysensorielle", inspirée de vignobles suisses.

L'activité consiste à amener les visiteurs au milieu des vignes sur une terrasse. À l'aide de musique et de bouts de tissu, ils doivent décrire le goût et la texture du vin.

«J'ai relevé le défi de la viticulture, celui de la vinification et celui de la commercialisation, explique M. Naud. Je veux maintenant que les gens partent d'ici les yeux brillants.»

Les visiteurs dégustent des vins issus de cépages hybrides: des blancs à base de seyval et un rouge issu d'un assemblage de frontenac noir et de marquette, mais rien à base exclusivement de variétés européennes.

«Je veux faire du bon vin tous les ans, dit-il. Notre climat est encore trop aléatoire pour réussir chaque année le riesling, par exemple. Je ne veux plus faire de bon vin une année, et du vin médiocre l'année suivante.»

De bons résultats

Simon Naud se souvient très bien d'avoir planté les vignes avec son père. Il avait 15 ans.

«C'était un travail épouvantable, dit-il. Je pensais juste à partir de la ferme trouver un autre métier. Je ne voulais pas enterrer et déterrer des vignes toute ma vie.»

Après des études en agriculture, il a pourtant décidé de prendre le contrôle du domaine familial en 1996. Il a tout de suite voulu trouver une solution pour ne plus devoir enterrer les vignes pour les protéger du froid en hiver.

Avec le pépiniériste Alain Brault, il a investi beaucoup de temps dans la recherche. Il a testé des dizaines de variétés de raisin provenant d'Europe et des États-Unis. Il a finalement été l'un des premiers à cultiver du frontenac, hybride américain assez résistant au froid pour ne plus devoir être mis sous terre.

«Ça a été comme une révolution au Québec», se souvient-il.

Après 17 ans à la tête du domaine, le vigneron teste toujours de nouvelles variétés dans son champ. Il croit qu'il pourra bientôt produire un blanc très parfumé avec un assemblage de La Crescent et de frontenac blanc.

Comment s'y rendre

Le vignoble de La Bauge est situé à une heure de Montréal. Pour s'y rendre, on emprunte l'autoroute 10 Est en direction de Sherbrooke. Puis, on prend la sortie 68 vers Cowansville. Après 10 km sur la route 139, on tourne à droite sur le chemin des Érables. Il nous mène au joli village de Brigham, puis au vignoble.

À déguster

Blanc: Solyter 2012

Ce blanc 100% seyval a été vinifié dans des fûts de chêne français, américains et hongrois. Dans le verre, ça sent les écorces d'orange, le sucre d'érable et la fumée. En bouche, le bois est bien dosé et bien intégré. On goûte les subtiles notes de vanille, de noisettes, de citron et de pêches. Sur les papilles, les saveurs sont persistantes. Très bien. 12%, vendu au vignoble 15$.

Apéritif Les folies du vigneron

Cet apéritif de style vermouth est un mélange complexe de vin, de citron et d'alcool. On goûte d'abord les agrumes et la fin de bouche rappelle les noix. C'est délicieux. À goûter avec les fromages. 15,5%.

Offert à la SAQ, 15,85$ 11440351




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer