Pour séduire à l’heure de l’apéro, il y a toujours les classiques à grignoter : saucisson, fromage, olives, arachides. Mais pour surprendre, dans quoi piger ? Nous avons passé en revue toutes sortes de petites entrées, d’ici ou d’ailleurs, qui pourraient briser la routine apéritive, avec une préparation simplissime : on ouvre le sac et on verse dans un bol. Attention, ça peut émerveiller comme rebuter, voire faire patate. Pour « apéritiveurs » aventureux seulement !

Sylvain Sarrazin
Sylvain Sarrazin La Presse

Des sauterelles à la lime

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Des sauterelles séchées du Mexique, de La Mexicoise. L’entreprise propose aussi des grillons séchés élevés dans l’Ouest canadien. La texture est surprenante et le goût, vivifiant.

On commence fort, en sautant sur ces sauterelles séchées importées par La Mexicoise, entreprise locale qui nous fait découvrir des goûts préhispaniques du Mexique. Assaisonnés à la lime ou au chipotle, ces insectes légers craquent sous la dent et se transforment rapidement en bouche en une sorte de poudre salée. Celles à la lime offrent une belle vivacité, qui donne soif, avec une odeur inhabituelle (un vieux placard en bois ?). L’aspect, avec ces corps entiers et dépourvus de pattes, pourrait réfréner certains invités, mais en fermant les paupières, pourquoi ne pas passer outre la barrière psychologique ? Chose certaine, ça fera jaser !

Trouvé chez La Mexicoise : 9,99 $

Des têtes de violon marinées

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Aucune préparation n’est nécessaire pour ces têtes de violon marinées. Attention, la saison est courte !

Un beau végétal du Québec auquel on ne pense pas toujours, surtout qu’il a tendance à s’attirer quelque méfiance (il peut être toxique si incorrectement cuit). Des cueilleurs d’ici, comme les Jardins Sauvages ou Gourmet Sauvage, aiment le mettre à l’honneur dans des marinades au vinaigre et aux épices, ce qui facilite les choses : on égoutte et on sert dans un bol. Ces têtes ont un petit côté aigre-doux, naviguant entre le vinaigré et le sucré, et un goût entre le cornichon et le cœur d’artichaut. La saumure peut ensuite être réutilisée pour faire une vinaigrette, a précisé le vendeur du marché Jean-Talon.

Trouvé chez Jardins Sauvages : 6,50 $

Des edamames rôtis et salés

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Les edamames sont généralement consommés cuits à la vapeur, mais les fèves prennent une tout autre dimension lorsqu’elles sont rôties et salées.

L’acteur Jean-Claude Van Damme a jadis formulé une théorie philosophique épique sur le rapport entre la bière et les arachides. Un duo bière et edamames rôtis lui inspirera-t-il une nouvelle illumination ? Trêve de facétie, ces fèves de soya, habituellement consommées sous forme tendre, existent en version plus croquante, et se marieraient volontiers avec une mousse. Avec un accent un peu plus « vert », elles s’avèrent en bouche très proches des arachides, aussi bien du point de vue du goût que de la texture, avec une finale légèrement plus suave, rappelant l’amande.

Trouvé chez Aliments Merci : 5,49 $

Des croustilles funky

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

A priori, des croustilles ordinaires, bien dorées. En bouche, on découvre des arômes subtils de camembert.

On en voit de plus en plus dans les épiceries fines ou boutiques spécialisées québécoises (notamment dans certaines succursales d’Oscar ou de la Fromagerie Hamel) et elles ont de quoi attirer l’œil : les croustilles bretonnes Brets proposent un choix de parfums osés, dont camembert, chèvre et piment d’Espelette, cèpes, et on en passe. Nous avons essayé celles au camembert, qui présentent un goût de fromage assez subtil, peu écrasant, mais pas désagréable. Les croustilles en elles-mêmes sont d’excellente qualité, craquantes et dorées à souhait.

Trouvé à la Fromagerie Hamel du marché Jean-Talon : 4,49 $

Des baies de goji sucrées

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Les baies de goji sont de plus en plus populaires. Couplées avec des noix de cajou, elles sont excellentes.

Devenues les nouvelles vedettes des frappés aux fruits et des boissons revigorantes, les baies de goji sont aussi intéressantes à consommer telles quelles. Avec leur texture rappelant des canneberges séchées, elles produisent un jus concentré de baie rouge sucrée une fois mâchées, leur conférant presque un côté jujube. Nous les avons trouvées particulièrement intéressantes une fois alliées à des noix, notamment à des cajous, les deux produits se plaçant sur la même ligne harmonique gustative.

Trouvé chez Aliments Merci : 4,49 $/100 g

Des craquelins au malt recyclé

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Ces petits craquelins fabriqués avec des drêches sont parfaits pour accompagner une bière. D’autres recettes existent : graines de fenouil et poivre, piment habanero et paprika, sel de Terre-Neuve et huile d’olive.

Produits à Montréal par l’entreprise Saison 2 – La réincarnation du malt, ces biscuits apéritifs sont conçus à base de drêches, un résidu de malt obtenu lors du processus de fabrication de la bière. Plusieurs recettes ont été créées, mais celle au sapin baumier et à l’ail a retenu notre attention. Ces grignotines très réussies, craquantes à souhait et fleurant les sous-bois humides s’allieront de façon on ne peut plus naturelle avec leurs cousines alcoolisées, notamment des IPA américaines ou des Farmhouse. Un coup de cœur !

Trouvé au Marché des saveurs : 6,75 $

Des petites crevettes séchées

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

De drôles de crevettes séchées, avec leur texture un peu gommeuse

Ceux qui s’exclameront « c’est spécial » n’ont pas idée des produits beaucoup plus étranges étalés dans le supermarché asiatique où nous avons pêché ces drôles de fruits de mer. La recette est pourtant simple : des crevettes de Thaïlande déshydratées et du sel. Alors que l’on s’attendrait, vu l’aspect, à enfourner quelque chose de très croustillant, elles montrent un caractère déroutant, beaucoup plus mou, tout en restant fermes (de type raisin sec). Surtout, il faut beaucoup aimer les produits marins, car le goût iodé est très, très prononcé. Les amateurs du genre trouveront bien un petit verre de vin blanc à leur associer.

Trouvé au Marché Thai Hour : 5,49 $