Source ID:; App Source:

400 heures sous l'eau pour mettre en lumière les coraux

«C'est 400 heures dans l'eau sur deux années. Au... (Photo Alexis Rosenfeld, via Agence France-Presse)

Agrandir

«C'est 400 heures dans l'eau sur deux années. Au moins 400 heures !», raconte le plongeur passionné capable d'«attendre 45 minutes» pour l'image espérée où se croiseront plusieurs espèces de poissons spécifiques.

Photo Alexis Rosenfeld, via Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

Coraux champignon ou gorgone, sublimes ou abimés par l'activité humaine: le photographe français Alexis Rosenfeld a passé 400 heures sous l'eau en deux ans pour mettre en lumière les récifs menacés et leur importance pour l'humanité.

Le résultat de cette aventure qui l'a mené, avec la journaliste Alexie Valois, de l'archipel polynésien des Gambiers à la mer Rouge en passant par les Maldives et les Philippines est accroché sur les grilles de l'UNESCO à Paris jusqu'au 30 août.

Avec photos grands formats et panneaux explicatifs enrichis de reportages vidéo et de photos 360° accessibles par un code QR, l'exposition «Récifs coralliens, un enjeu pour l'humanité» présente ces «merveilleux écosystèmes» qui abritent 30 % des espèces animales et végétales des océans, mais qui sont menacés de disparition.

«L'objectif, ce n'est pas un catalogue de belles images», commente Alexis Rosenfeld, qui a plongé aussi bien sur «des récifs dans un état magnifique» que sur des zones «mortes à 60 % comme aux Maldives».

«Ma volonté, c'est de disséminer l'importance des récifs pour l'humanité, les services qu'ils rendent», poursuit le photojournaliste sous-marin, évoquant la pêche et le tourisme, mais aussi une potentielle ressource sur le plan pharmaceutique.

Spécialisé depuis des années dans les reportages sous-marins, de projets scientifiques en écrasement d'avion, il voulait cette fois un projet «plus ambitieux et plus engagé».

«C'est 400 heures dans l'eau sur deux années. Au moins 400 heures !», raconte le plongeur passionné capable d'«attendre 45 minutes» pour l'image espérée où se croiseront plusieurs espèces de poissons spécifiques.

Et pour restituer la beauté des paysages sous-marins, le photographe utilise une technique «top secret», avec des «optiques spéciales» et l'aide d'un assistant pour les éclairages.

Pollutions, dégradations, surpêche, mais aussi acidification et augmentation de la température des océans sous l'effet du réchauffement climatique, «la moitié des récifs coralliens sont aujourd'hui en situation critique», estime l'UNESCO, qui en a classé plusieurs au patrimoine de l'humanité.

Le corail est un petit animal semblable à une méduse inversée avec une bouche entourée de tentacules sous lesquelles il construit son squelette de calcaire, la base des récifs. Mais sous la pression de facteurs comme le réchauffement, les coraux stressés expulsent les microalgues avec lesquelles ils vivent en symbiose, et blanchissent. Un blanchissement qui les rend vulnérables et peut conduire à leur mort.

Alors «il faut parler des coraux» encore et encore, plaide Salvatore Arico, chef de l'unité science de l'océan à la Commission océanographique intergouvernementale de l'UNESCO. «On a beaucoup à apprendre» d'eux.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer