Source ID:; App Source:

Desjoyeaux refuse la négo

Éric Lessard
Cyberpresse

Le navigateur Yann Eliès est arrivé ce matin à Fremantle en vue de son transfert vers Perth où il sera opéré. Pratiquement toute la flotte naviguera dans des conditions difficiles alors que Michel Desjoyeaux n'a pas l'intention de ralentir le rythme et sert un avertissement à ses camarades de poursuite.

La frégate australienne HMS Arunta, avec à son bord le marin blessé Yann Eliès (Generali), est arrivée ce matin au port de Fremantle à la suite du ravitaillement en diésel nécessaire à l'Anglais Mike Golding (Ecover) afin qu'il puisse terminer sa longue route sans mât vers la côte australienne.C'est un Yann Eliès fortement sous l'effet des médicaments que les membres de l'équipe Generali ont accueilli à Fremantle. Visiblement, les douleurs du marin sont encore vives mais il était très heureux de revoir des visages connus. L'équipe médicale procédait à son transfert immédiat vers l'hôpital civil Royal Perth, situé à 5 000 kilomètres de là...

Voilà maintenant donc pratiquement cinq jours qu'Eliès vit avec de multiples fractures aux côtes et une cassure complète du fémur gauche.

À 5 000 kilomètres au sud-ouest de la position d'Eliès, naviguant toujours dans un Pacifique très croisé, Michel Desjoyeaux (Foncia) maintient un rythme tout à fait endiablé avec 75 milles nautiques d'avance sur Roland Jourdain (Veolia). Foncia, Veolia, BT et VM Matériaux naviguent ce matin près du 53e degré de latitude sud, au sud de la Nouvelle-Zélande.

La guerre psychologique, toujours présente lors de régates en circumnavigation commence à faire sérieusement rage. À mots couverts, Jean Le Cam (VM Matériaux), Sébastien Josse (BT) et Rolland Jourdain (Veolia) accusent Desjoyeaux de pousser la machine trop fort et soulignent constamment le besoin de préserver leur bateau avec encore des milliers de kilomètres à faire en course.

Desjoyeaux, marin le plus titré de l'histoire en solitaire, y est allé ce matin d'un petit commentaire assez direct et cru qui n'apaisera sûrement pas les plaintes de ses confrères :

« Je régule ma vitesse en fonction des camarades, même si nous ne sommes pas toujours dans le même tempo. Je n'ai pas de soucis à mollir, mais ce n'est pas à moi de mollir le premier. S'ils veulent mollir parce qu'ils trouvent que ça va trop vite, ils le font, puis je le ferai après. »

Le monde de la voile en classe Imoca (60 pieds Open) est petit, à peine 34 marins qui se connaissent tous les uns les autres et qui une fois le pied à terre sont bien ouverts à prendre un verre de rouge ensemble. Les commentaires des uns et des autres dans ce Vendée Globe sont donc à prendre avec un grain de sel, même si parfois une bonne vieille engueulade entre marins peut s'avérer salutaire.

À preuve, l'interview que Jean Le Cam à donné au quotidien français Libération où il soulignait à quel point Desjoyeaux avait fait une remontée spectaculaire sur la flotte alors qu'il avait quitté Les Sables d'Olonne avec 40 heures de retard. Hier matin, bizarrement, Le Cam ne se souvenait plus d'avoir tenu ces propos...

Il faudra donc se rappeler pour la suite de la course, alors que la tension montera encore dans le groupe de devant, que la guerre Le Cam / Desjoyeaux dure depuis des années et que Le Cam, marin aguerri et astucieux a toujours eu de la difficulté à assumer que malgré ses notes de premier de classe, Desjoyeaux termine la plupart du temps avec des A+...

C'est un train de trois dépressions successives qui cueillera les solitaires en course dès aujourd'hui à l'exception de Jean-Pierre Dick (Virbac Paprec), Marc Guillemot (safran) et Samantha Davies (Roxy) qui naviguent tous plutôt direction nord. Le reste de la flotte naviguera dans des conditions rudes avec des vents moyens de 40 noeuds, voire 50 dans certains secteurs.

À l'avant de la flotte, de Vincent Riou (PRB) à Michel Desjoyeaux (Foncia), les marins vont devoir traverser un centre dépressionnaire à caractère orageux avec de fortes rafales par moments tandis qu'en arrière de flotte, si Steve White (Toe in the Water) semble encore relativement épargné, Jonny Malbon (Artemis), Rich Wilson (Great American) et Derek Hatfield (Spirit of Canada) vont vivre une journée (en réalité la nuit pour eux) très musclée dans 35 à 40 noeuds de vent.

Quant à Raphaël Dinelli (Océan Vital) et Norbert Sedlacek (Nauticsport) qui se préparaient à vivre la première vraie grosse tempête australe de cette édition, ils ont judicieusement incurvé leur route hier en laissant passer « dans leur sud » cette dépression, ce qui leur sera salutaire afin d'éviter le pire de la tempête. À 4 000 kilomètres des leaders, les deux marins auront été les seuls en course à passer les îles Kerguelen par leur nord et il est fort à parier qu'ils naviguent à l'heure présente sur une mer très formée et sous des vents assez puissants.

Ils auront donc pris une sage décision malgré le prolongement de la route à faire. L'Indien et le Pacifique sud sont à respecter et la prise de risque se doit d'être gérée.

Comme quoi un marin averti en vaut deux... à moins que deux en valent quatre !

Vidéos:

Arrivée de Yann Eliès à Fremantle

Michel Desjoyeaux navigue à vive allure au sud de la Nouvelle-Zélande

Les positions à 10:00hrs TU + retard sur le 1er (milles nautiques)

Suivez la position des skippers

1- Michel Desjoyeaux-FRA (Foncia),

2- Roland Jourdain-FRA (Veolia Environnement), 75

3- Sébastien Josse -FRA (BT), 189

4- Jean Le Cam-FRA (VM Matériaux), 230

5- Armel Le Cléac'h-FRA (Brit Air), 523

6- Vincent Riou-FRA (PRB), 526

7- Jean-Pierre Dick-FRA (Paprec-Virbac), 1053

8- Samantha Davies-GB (Roxy), 1458 (provisoire, suite à un détournement d'urgence)

9- Marc Guillemot-FRA (Safran), 1522 (provisoire, suite à un détournement d'urgence)

10- Brian Thompson-GB (Team Pindar), 1807

11- Dee Caffari-GB (Aviva), 1943

12- Arnaud Boissières-FR (Akena Verandas), 1984

13- Steve White-GB (Toe in Water), 2539

14- Jonny Malbon-GB (Artemis), 2953

15- Rich Wilson-USA (Great American), 3042

16- Derek Hatfield-CAN (Spirit of Canada), 3191

17- Raphaël Dinelli-FRA (Océan Vital), 3921

18- Norbert Sedlacek-AUT (Nauticsport), 4004

19- Yann Eliès-FRA (Generali), Abandon, Fracture à la jambe

20-Jean-Baptiste Dejeantly-FRA (Maisonneuve), idem, multiples problèmes d'usure

21- Mike Golding-GB (Ecover), idem, Dématâge

22- Bernard Stamm-SUI (Cheminée Poujoulat), idem, Échouage

23- Dominique Wavre-SUI (Temenos), idem Ennuis de quille

24- Loïc Peyron-FRA (Gitana Eighty), idem, Démâtage

25- Una Basurko-ESP (Pakea Bizkaia), idem, Bris au puits de safran tribord

26- Jérémie Beyou-FRA (Delta Dore), idem, Barre de flèche cassée

27- Alex Thompson-GB (Hugo Boss), idem, Dommages structurels

28- Kito de Pavent-FRA (Groupe Bel), idem, Démâtage

29- Marc Thiercelin-FRA (DCNS), idem, Démâtage

30- Yannick Bestaven-FRA (Aquarelle.com), idem, Démâtage




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer