Source ID:; App Source:

Plus l'air est sec et froid, plus le virus de la grippe s'épanouit

Les auteurs de la recherche ont conclu que... (Photo Patrick Sanfaçon, La Presse)

Agrandir

Les auteurs de la recherche ont conclu que moins un individu dort, plus il court le risque de s'enrhumer.

Photo Patrick Sanfaçon, La Presse

Agence France-Presse
Washington

Un lien a été établi entre l'humidité absolue de l'air et la survie du virus de la grippe saisonnière, expliquant pourquoi cette infection est aussi fréquente en hiver quand il fait froid et sec dans les zones tempérées, selon une recherche publiée lundi.

Quand l'humidité absolue --quantité réelle d'eau contenue dans l'air indépendamment de la température -- est basse comme en janvier et février, la saison de la grippe bat son plein dans les pays tempérés, et le virus paraît survivre plus longtemps avec un taux de transmission plus élevé.

Des études précédentes n'étaient pas parvenues à établir une forte relation entre humidité et virulence du virus de la grippe, mais ces recherches ne tenaient compte que de l'humidité relative, dépendant de la température, relèvent le Dr Jeffrey Shaman, un épidémiologiste du ministère de la santé de l'État d'Oregon (nord-ouest des États-Unis), l'un des co-auteurs de cette recherche.

«Les fortes corrélations entre le niveau d'humidité absolue et la survie du virus de la grippe ont été surprenantes», explique-t-il dans un communiqué.

«Quand l'humidité absolue est faible, le virus de la grippe saisonnière survit plus longtemps et le taux de transmission augmente», précise le médecin dont l'étude paraît dans les Annales de l'Académie Nationale américaine des Sciences (PNAS) datées du 9 février.

En 2007 des chercheurs de la faculté de médecine du Mt Sinai à New York avaient testé vingt différentes combinaisons de températures et d'humidité relative pour tenter de trouver les conditions déclenchant des changements dans la transmission du virus entre des cochons d'inde et un groupe d'animaux se trouvant à proximité.

La dernière étude montrait que le froid humide entraînait une augmentation de seulement 36% de la survie du virus de la grippe et de 12% de sa transmission.

Le Dr Shaman et ses collègues ont testé de nouveau ces différentes combinaisons mais en utilisant une humidité absolue comme référence. Ils ont alors découvert qu'un temps froid et sec augmentait la survie du virus de 90% et sa transmission de 50%.

Ces chercheurs n'ont pas été en mesure d'expliquer ce phénomène mais notent qu'un accroissement de l'humidité dans les hôpitaux devrait permettre de contenir la propagation de la grippe.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • De plus en plus de cas d'influenza au Québec

    Santé

    De plus en plus de cas d'influenza au Québec

    La grippe progresse un peu partout au Québec, alors que de plus en plus de cas de virus influenza ont été répertoriés dans la province depuis deux... »

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer