Source ID:570273; App Source:cedromItem

38e FFM: plus mince mais toujours vivant

Malgré le désaveu des institutions publiques et la défection de commanditaires... (Photo: François Roy, La Presse)

Agrandir

Photo: François Roy, La Presse

Malgré le désaveu des institutions publiques et la défection de commanditaires importants, le 38e Festival des films du monde (FFM) se déroulera comme prévu. Mais la programmation est un peu moins foisonnante qu'à l'accoutumée.

Les sceptiques seront confondus. À 15 jours de la soirée d'ouverture, le tandem Losique-Cauchard persiste et signe. Le 38e Festival des films du monde de Montréal aura bel et bien lieu, en dépit du retrait des institutions publiques et de quelques commanditaires importants. La programmation annoncée hier en conférence de presse se révèle toutefois moins gargantuesque qu'à l'accoutumée.

> FFM: la programmation est dévoilée, le blogue de Marc-André Lussier

Les comités de sélection ont retenu cette année 350 films, parmi lesquels 160 longs métrages, soit une soixantaine de moins que l'an dernier. De ce nombre, 57 sont des premiers longs métrages. «Notre sélection est résolument tournée vers l'avenir du cinéma», a précisé Danièle Cauchard lors de la présentation.

Quelques noms

Peu de noms connus dans la compétition mondiale, la section phare du FFM. N'ayant plus accès aux primeurs attendues, déjà promises aux autres festivals du début d'automne (Venise, Toronto, Telluride, New York), le FFM doit désormais composer sa sélection en misant sur la découverte.

* * *

Des cinéastes plus familiers concourront néanmoins pour le Grand Prix des Amériques, récompense suprême du festival.

Les cinéphiles repéreront ainsi quelques titres, parmi lesquels Un ragazzo d'oro, le nouveau film du vétéran italien Pupi Avati (Le coeur est ailleurs), dont les têtes d'affiche sont Riccardo Scamarcio et Sharon Stone. Parmi les 19 longs métrages en lice dans cette catégorie, relevons aussi Un homme d'État, film politique français réalisé par Pierre Courrège (Le labyrinthe); Maintenant ou jamais, un film réalisé par le célèbre scénariste Serge Frydman, ainsi que The Limits of Patience, nouvel opus du cinéaste allemand Christian Wagner, présent au FFM en 2006 avec Warchild.

Scammerhead, réalisé par l'acteur cinéaste de Vancouver Dan Zukovic, constitue la seule entrée canadienne dans la compétition mondiale. Aucun film canadien ni québécois ne figure par ailleurs dans la compétition des premières oeuvres. Interrogée à ce sujet, la directrice générale évoque une conjoncture défavorable.

«Bien sûr, nous avons vu des films québécois, dit-elle. Mais parmi ceux que nous avons visionnés, aucun ne répondait à nos critères de sélection. Je vous ferai remarquer que Mommy, présenté à Cannes, est le dernier film québécois à avoir eu droit à une sélection en compétition dans un festival. Aucun autre n'a été retenu depuis, à Karlovy Vary, Locarno, Venise ou ailleurs.»

En entrevue, Danièle Cauchard confiera plus tard que malgré les circonstances, la programmation n'a pas été plus difficile à établir qu'au cours des années précédentes. «À l'étranger, notre crédibilité est toujours aussi solide et le climat de confiance n'est pas du tout entaché», fait-elle remarquer.

«Ailleurs, on ne comprend pas les critiques dont nous faisons l'objet. Les délégations étrangères seront au rendez-vous comme d'habitude et fières de venir présenter des films chez nous.», poursuit-elle.

* * *

Le retrait d'Air Canada de la liste des commanditaires n'aurait pas vraiment d'impact, selon elle, dans la mesure où des organismes nationaux assument pour la plupart les coûts de transport. Les quelques billets d'avion que le FFM aura à fournir sont réservés aux membres du jury et à quelques personnalités. L'acteur et cinéaste Sergio Castellitto présidera le jury cette année.

Cauchard passera le relais

Mme Cauchard en sera à son tout dernier festival, mais elle compte accompagner la personne qui prendra le relais. Un appel de candidatures sera lancé après la tenue du 38e FFM. Dans l'esprit de la directrice générale, la disparition du FFM est pratiquement impensable. «Cela voudrait dire qu'on se fout vraiment de la culture», tranche-t-elle.

Rappelons que le plus récent film de Claude Lelouch, Salaud on t'aime, ouvrira le festival le 21 août au cinéma Impérial. Aimer, boire et chanter, le tout dernier long métrage d'Alain Resnais, clôturera l'événement le 1er septembre. Vu les rénovations en cours au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts, le FFM se déroulera cette année au cinéma Impérial et au Quartier latin uniquement.

_______________________________________________________________________________

L'horaire, le catalogue et les billets échangeables pour des séances précises seront disponibles le 16 août. Info: www.ffm-montreal.org




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer