L'actrice américaine et légende de l'âge d'or d'Hollywood Lauren Bacall, qui avait formé avec Humphrey Bogart un couple mythique, est décédée mardi à New York à 89 ans.

Brigitte DUSSEAU AGENCE FRANCE-PRESSE

«C'est avec un profond chagrin mais avec beaucoup de gratitude pour sa vie incroyable que nous confirmons le décès de Lauren Bacall», a indiqué mardi soir la famille Bogart sur son compte Twitter.

Citant un membre de sa famille, le site TMZ, spécialisé dans la vie des célébrités, a précisé que l'actrice, à la voix et au regard bleu envoûtant inoubliables, était décédée chez elle à New York «d'un accident cardio-vasculaire massif». Elle habitait le Dakota, célèbre immeuble en bordure de Central Park.

Née le 16 septembre 1924 dans le Bronx à New York, de son vrai nom Betty Joan Perske, elle était la fille unique d'immigrants juifs roumano-polonais, de la famille de l'ancien président israélien Shimon Peres.

A 15 ans, la jeune fille s'inscrit à l'American Academy of dramatic arts de New York mais, faute d'argent, ne suit les cours que pendant un an.

Regard inoubliable

Elle survit d'un emploi d'ouvreuse, s'essaie au théâtre, devient mannequin, avant de percer au cinéma à 19 ans, avec son premier grand rôle dans le film To Have and Have Not de son mentor Howard Hawks, en 1944. Face à elle, Humphrey Bogart, 44 ans, qu'elle épousera l'année suivante.

***

Une de ses fameuses scènes, dans To Have and Have Not :

***

Lauren Bacall (du nom de jeune fille de sa mère), connaît un succès immédiat. Son regard bleu profond lui gagne le surnom de «Le regard» («The Look»). C'est aussi le début d'une grande histoire d'amour. Avec Bogart, elle forme l'un des couples les plus célèbres d'Hollywood, jusqu'à la mort de l'acteur en 1957 d'un cancer de l'oesophage.

Ils tournent ensemble trois autres films noirs, The Big Sleep de Hawks (1946), Dark Passage de Delmer Daves (1947) et Key Largo de John Huston (1948). Elle enchaîne avec un registre plus comique dans How to Marry a Millionaire avec Marilyn Monroe ou Designing Woman avec Gregory Peck.

Lauren Bacall, à la personnalité directe et souvent drôle, a tourné au total dans une cinquantaine de films - le dernier en 2012 - et été récompensée d'un Oscar d'honneur en 2009 pour l'ensemble de sa carrière.

À la mort de Bogart, elle avait quitté la Californie pour revenir à New York, sa ville natale. Elle se produit alors à Broadway dans des comédies musicales. Goodbye, Charley en 1959, Cactus Flower en 1965, Applause en 1970, qui lui vaudra un Tony Award.

Remariée en 1961 avec l'acteur Jason Robards dont elle a un fils, elle en divorce huit ans plus tard.

L'actrice à la chevelure blonde charme aussi ses fans dans Murder on the Orient Express de Sydney Lumet (1974), The Shootist, de John Wayne (1976), Prêt-à-porter de Robert Altman (1994). Son jeu dans The Mirror Has Two Faces de Barbra Streisand est récompensé en 1996, par une nomination à l'Oscar du meilleur second rôle, à 72 ans. Et, en 1997, par un Golden Globe dans la même catégorie.

Elle s'illustre encore dans Dogville (2003) et Manderlay (2005) de Lars von Trier, tous deux en sélection officielle au Festival de Cannes.

Lauren Bacall, mère de trois enfants dont deux avec Bogart, avait écrit deux autobiographies, By Myself en 1978 et Now en 1994.

Sa mort est intervenue quelques heures seulement après celle d'une autre grande figure d'Hollywood, l'acteur Robin Williams, 63 ans, qui s'est pendu chez lui près de San Francisco selon les premières conclusions de l'autopsie.

Les principaux films de Lauren Bacall

L'icône de l'âge d'or d'Hollywood, Lauren Bacall, décédée mardi à 89 ans, a tourné dans plus de soixante films. Voici ses principaux films:To Have and Have Not, 1944, Howard Hawks

Confidential Agent, 1945, Herman Shumlin

The Big Sleep, 1946, Howard Hawks

Dark Passage, 1947, Delmer Daves

Key Largo, 1948, John Huston

Young Man with a Horn, 1950, Michael Curtiz

Bright Leaf, 1950, Michael Curtiz

How to Marry a Millionaire, 1953, Jean Negulesco

Woman's World, 1954, Jean Negulesco

The Cobweb, 1955, Vincente Minnelli

Blood Alley, 1955, William Wellman

Written on the Wind, 1956, Douglas Sirk

Designing Woman, 1957, Vincente Minnelli

The Gift of Love, 1958, Jean Negulesco

Shock Treatment, 1964, Denis Sanders

Sex and the Single Girl, 1964, Anthony Quinn

Harper, 1966, Jack Smight

Murder on the Orient Express, 1974, Sydney Lumet

The Shootist, 1976, Don Siegel

The Fan, 1981, Edward Bianchi

Misery, Rob Reiner

Prêt-à-porter, 1994, Robert Altman

Le jour et la nuit, 1997, Bernard-Henri Lévy

Dogville, 2003, Lars von Trier

Manderlay, 2005, Lars von Trier

The Forger, 2012, Lawrence Roeck, son dernier film en tant qu'actrice.