Magna International, l'important équipementier de l'industrie automobile mondial d'Aurora, en Ontario, veut faire tomber l'impression généralisée que les véhicules autonomes doivent nécessairement avoir l'air d'expériences scientifiques pour se démarquer.

Alain McKenna LA PRESSE

À l'occasion d'une conférence sur le futur du design automobile en banlieue de Detroit, au début juillet, la société a d'ailleurs démontré que la technologie permettant aux véhicules de se conduire eux-mêmes n'était pas incompatible avec des carrosseries aux formes plus classiques.

À preuve, l'équipementier ontarien a installé une série de capteurs et de systèmes autonomes de niveau 4, à bord d'un Grand Cherokee SRT 2018 de Jeep, ne retouchant que quelques pièces de carrosserie afin d'assurer que les signaux des radars et lidars pouvaient être émis et reçus correctement. En mettant la main sur le fabricant italien de blocs optiques OLSA la semaine dernière, Magna s'assure également qu'elle pourra marier encore plus facilement sa technologie au design des futurs véhicules des grands constructeurs, puisqu'ils pourront être discrètement intégrés dans leurs phares et leurs feux arrière.