Dès l'an prochain, il en coûtera 500$ pour installer sur n'importe quelle auto un rétroprojecteur futuriste Navdy affichant au niveau du pare-brise certaines données du tableau de bord, mais aussi toutes les communications électroniques arrivant sur le téléphone portable du conducteur. Le Navdy se connecte sur le téléphone via Bluetooth et toutes les notifications Facebook, Twitter, de courriels, de textos et d'appels téléphoniques apparaissent à l'écran devant le conducteur, à côté des informations routières comme la vitesse et les indications routières du GPS. Sans parler des applications musicales comme Spotify, Pandora, ou Google Music.

Denis Arcand LA PRESSE

Le Navdy, qui sera lancé en janvier prochain, est muni de la reconnaissance vocale: on peut même dicter un tweet et l'envoyer sans quitter la route des yeux et sans enlever les mains du volant. Les images sont projetées sur un écran transparent de 5 pouces, dans le champ de vision du conducteur. Ce dernier perçoit une image flottante et transparente avec un effet d'éloignement, comme si elle était à 2 mètres devant lui.

Un gadget dérangeant, disent certains



C'est une belle technologie. Mais tout le monde n'est pas emballé par le Navdy. Les informations du tableau de bord et du GPS au pare-brise, c'est très bien; mais tout ce qui est lié au téléphone intelligent, c'est une énorme distraction, affirme l'expert en conduite Pierre Savoy, un ancien pilote de course devenu coach de pilotage et instructeur de conduite avancée.

«Ces gens-là (chez Navdy) sont intelligents et vraiment forts en technologie, mais ils ne comprennent pas ce que c'est que conduire. C'est encore un autre gadget qui fait abstraction de la complexité de l'acte de parler et d'écouter.»

Selon M. Savoy, «à partir du moment où une conversation téléphonique devient plus complexe que «Bonjour maman», on devrait arrêter son auto». Converser requiert l'attention qui devrait normalement être portée sur la route. Il ajoute que son téléphone est toujours éteint quand il conduit en ville.

La gestion des notifications Facebook, Tweeter, courriel et textos qui apparaissent sur le pare-brise, voilà une tâche de plus qui détourne l'attention de ce qui se passe devant, à 10, 30 ou 50 mètres devant soi, ajoute Pierre Savoy.

Dans sa publicité, Navdy insiste justement sur la capacité d'utiliser même au volant les fonctions du téléphone intelligent: «Si vous êtes comme moi, votre téléphone est toujours allumé. Vous textez, utilisez vos applis, vérifiez vos tweets. Et même dans l'auto, vous avez la compulsion de faire la même chose», dit dans la vidéo promotionnelle Adam Lisagor, le publiciste et porte-parole de Navdy. Le dispositif d'affichage tête-haute permet de faire tout cela sans enfreindre l'interdiction d'utiliser un cellulaire au volant à moins d'être en mode mains-libres.

La compagnie souligne qu'elle a simplifié les fonctions de communications et les applications qui apparaissent sur le pare-brise, pour minimiser les distractions. De plus, la reconnaissance gestuelle (même de nuit) permet de refuser d'un geste toute notification quand les conditions routières l'exigent. L'argument de vente de Navdy est que l'affichage tête-haute et la reconnaissance vocale sont bien plus sûrs que regarder son iPhone ou l'utiliser pour texter, tweeter ou gérer ses applications. Et on ne peut pas la contredire à ce sujet, c'est vrai.

«En principe, c'est une bonne idée, mais en pratique, c'est un pare-brise bien trop achalandé et un conducteur bien trop sollicité», dit M. Savoy, qui estime que le Navdy est une autre illustration du fait que la loi est en retard sur la technologie. «La vraie question, c'est pourquoi devrait-on gérer ses applications, ses textos et tout le reste quand on conduit?»

«Leur publicité dit que l'affichage tête-haute est utilisé par les pilotes d'avion à l'atterrissage, donc que le Navdy est sûr au volant, dit M. Savoy. Ça n'a aucun sens: les pilotes n'ont pas Facebook et Tweeter dans la face quand ils sont aux commandes.»

Il note que le Navdy - le premier appareil de ce genre, mais sûrement pas le dernier - sera particulièrement populaire chez les jeunes. «La distraction au volant est en train de surpasser l'alcool comme première cause de décès chez les 18-24 ans en Amérique du Nord».

Chez Navdy, on pense que l'affichage tête-haute est une solution. M. Savoy pense qu'il risque d'exacerber le problème.