Cadillac se cherche depuis des années une création pour assurer l’important rôle de porte-étendard afin de cimenter une image de marque face à sa concurrence européenne. Profitant de son virage électrique, le constructeur de luxe veut maintenant capter son aura de jadis avec la Celestiq, une grande berline qui a été récemment présentée dans une forme quasi finale.

Publié le 4 août
Charles René
Charles René La Presse

Véritable évènement dans le monde de l’automobile américaine, l’arrivée prochaine de la Celestiq expose le désir de General Motors de se faire véritablement prendre au sérieux face aux marques de grand luxe. Le Wall Street Journal a d’ailleurs affirmé en juin que sa facture avoisinera les 300 000 $ US, selon des sources « bien au fait du dossier ». Ce sont donc Bentley et Rolls-Royce qui sont ciblés ici. Les détails techniques de la grande berline sont cependant pour le moment inexistants pour juger de la teneur de cette offensive sentie.

PHOTO FOURNIE PAR GENERAL MOTORS

La Cadillac Celestiq en version de préproduction

Celle qui est déjà définie par Cadillac comme « la nouvelle norme mondiale » s’est toutefois présentée sous une forme qui donne un bon avant-goût de la livrée produite. Entièrement assemblée à la main et personnalisable à souhait, elle affiche un profil tout en longueur, héritage oblige. Les designers ont choisi à l’avant de conserver une calandre définie en opposition aux créations de Tesla qui exposent des devantures quasi scellées. Le capot demeure long et les roues avant bien poussées en proue. La partie arrière présente un grand porte-à-faux, ce qui entre en cassure avec les derniers modèles électriques et qui rappelle l’âge d’or des grandes berlines du constructeur.

L’habitacle est la somme d’une multitude de détails pour soutenir le statut d’un tel véhicule. Les matières sont promises de grande qualité, tout comme l’assemblage qui se fera dans le Centre technique mondial de GM, à Warren, au Michigan. C’est la première fois qu’un véhicule est assemblé à cet emplacement historique pour le géant américain inauguré en 1956 par le président Dwight Eisenhower. Un toit entièrement vitré et un système multimédia reposant sur un écran gigantesque de 55 po occupant l’ensemble de la planche de bord complètent ce portrait sommaire.

PHOTO FOURNIE PAR GENERAL MOTORS

L’habitacle de la Cadillac Celestiq en version de préproduction

Nous en saurons plus sur le produit définitif dans les prochains mois. D’après le Wall Street Journal, sa production pourrait s’amorcer à la fin de 2023.