Pionnier de la démocratisation du tout-électrique avec sa Leaf, Nissan s’est pour le moment gardé de jeter les bases d’un solide plan d’électrification de sa gamme. Le constructeur japonais a remédié à la situation la semaine dernière en présentant une flopée d’études de style qui préfigurent l’arrivée de plusieurs modèles électriques, dont une camionnette.

Publié le 7 déc. 2021
Charles René
Charles René La Presse

Ce plan, nommé Ambition 2030 et qui mise sur l’année 2030 comme date butoir, s’articulera au moyen d’investissements massifs totalisant l’équivalent de 22,5 milliards CAN. Nissan espère ainsi commercialiser 20 nouveaux modèles électriques et hybrides durant les cinq prochaines années.

Notons que le portfolio canadien du constructeur ne comporte actuellement qu’un seul modèle électrique, la Leaf, et aucun modèle hybride. L’Ariya, un multisegment compact, arrivera l’année prochaine chez les concessionnaires pour grossir l’offre entièrement électrique. Arrivant dans un segment peuplé, il devrait logiquement dégager un volume de ventes nettement supérieur à celui de la Leaf.

Cela dit, Nissan a établi une cible d’électrification pour sa gamme américaine, qui devrait inclure la nôtre par extension, nettement moins ambitieuse que sur ses autres marchés. Le constructeur cible à peine des ventes entièrement électriques de 40 % d’ici 2030, alors que ce chiffre passe à 75 % pour les pays européens... d’ici 2026.

Une camionnette, des multisegments et une décapotable

Pour appuyer ses dires, la marque nippone a dévoilé cinq études de style électriques qui pourraient sans doute inspirer des modèles de production.

Après avoir abandonné l’arène des camionnettes pleine grandeur au Canada et avoir récemment renouvelé sa camionnette intermédiaire Frontier, Nissan a présenté une illustration montrant une camionnette entièrement électrique nommée Sur-Out Concept. Accompagnée d’une description sommaire du véhicule misant sur le fait qu’il possède le rouage intégral et a de bonnes capacités hors route, elle illustre le désir de la marque d’offrir ce qui semble être une camionnette compacte sans moteur thermique. Ce segment, qui vient à peine de renaître avec le Ford Maverick et le Hyundai Santa Cruz, pourrait sans doute être encore plus intéressant s’il orchestre son virage électrique.

Plusieurs multisegments ont aussi été présentés, dont le Chill-Out Concept qui devrait suggérer les traits de la prochaine Nissan Leaf. Cette dernière devrait adopter une posture de multisegment pour amadouer une clientèle à la recherche d’un aspect pratique un peu plus développé. Encore là, aucun détail technique n’a été présenté.

PHOTO FOURNIE PAR NISSAN

La Nissan Max-Out Concept

L’autre exercice, nommé Max-Out Concept, pourrait être le porte-étendard sportif électrique avec un design rétrofuturiste, ses deux places et son toit découvrable. Nissan précise que le centre de gravité très bas des composants aiderait à sa tenue de route, à l’instar de tous les véhicules électriques, au demeurant.

Batterie à électrolytes solides

Cette orientation électrique de Nissan se basera sur une technologie toujours en gestation qui augmentera de beaucoup la capacité de stockage de l’énergie des batteries. Tout comme bien des rivaux, dont Toyota, qui a investi des milliards de dollars dans la chose, le constructeur veut faire des batteries à électrolytes solides sa matière de base pour assurer sa compétitivité. Il cible l’année 2028 pour la mise en production des premières batteries du genre. Le fabricant Samsung estime que cette technologie permettra de dépasser les 800 km d’autonomie. Voilà qui est intéressant.