Fidèle à ses habitudes d’amélioration continue de ses produits, Mazda a dévoilé la semaine dernière l’étendue des modifications qui seront apportées à la cuvée 2022 de son VUS compact CX-5.

Charles René
Charles René La Presse

Certes, le règne de la génération actuelle, dont les bases remontent à 2012, se poursuit dans l’attente d’une réforme complète prévue bientôt. Entre-temps, ce sont les détails qui comptent aux yeux de Mazda. Ainsi, le bouclier avant et la calandre reçoivent de légères retouches, tout comme les feux arrière et le dessin des jantes.

PHOTO FOURNIE PAR MAZDA

Cette mise à jour du Mazda CX-5 devrait être la dernière avant l’arrivée d’une nouvelle génération.

Les changements les plus importants ne se voient toutefois pas à l’œil nu. Sous la carrosserie, on trouvera un rouage intégral maintenant offert de série, ce qui cible directement le Subaru Forester. Mazda intégrera aussi un commutateur permettant d’ajuster des modes de conduite préréglés, ce qui rendra l’expérience un peu plus configurable. Finalement, la suspension a aussi été révisée pour diminuer les vibrations transmises à l’habitacle et les sièges ont été redessinés.

Aucun changement sur le plan mécanique n’a été annoncé. Le CX-5 sera donc toujours mû par un duo de quatre-cylindres de 2,5 L, l’un atmosphérique (187 ch) et l’autre turbocompressé (250 ch). Les deux sont couplés à une boîte automatique à six rapports.

Cette mise à jour devrait être la dernière avant l’arrivée d’une nouvelle génération qui sera basée sur une plateforme à propulsion dans le but de faire évoluer le modèle dans le segment des VUS compacts de luxe. Mazda s’affaire également au développement d’un six-cylindres en ligne qui sera sans doute aussi mis à profit dans l’exercice.