Hyundai a présenté au monde la semaine dernière le modèle qui inaugure l’entrée en matière de sa nouvelle sous-marque Ioniq. Le Hyundai Ioniq 5 prendra d’assaut le segment des multisegments compacts électriques avec une recette originale qui cherche à assurer sa polyvalence.

Charles René Charles René
La Presse

Derrière son design rétrofuturiste anguleux singulier qui aurait sans doute eu sa place dans bien des longs métrages de science-fiction des années 1980, le multisegment étale des dimensions semblables à celle du nouveau Hyundai Tucson. À peine 5 cm les séparent en longueur, à l’avantage de l’Ioniq 5. L’empattement de celui-ci est aussi plus élancé de 25 cm, ce qui favorise le volume intérieur.

PHOTO FOURNIE PAR HYUNDAI

Le Hyundai Ioniq 5 étale des dimensions semblables à celle du nouveau Hyundai Tucson.

Grâce à l’aspect très compact de ses moteurs électriques, l’Ioniq 5 a deux coffres. Celui avant a une contenance de 24 L pour y engouffrer de petits objets, alors que derrière les places arrière, c’est 531 L de volume qui est offert.

PHOTO FOURNIE PAR HYUNDAI

Vue du tableau de bord du Hyundai Ioniq 5

Le multisegment coréen sera d’ailleurs le premier modèle du constructeur à faire usage de la plateforme modulaire électrique E-GMP. Contrairement à plusieurs modèles actuellement commercialisés qui sont basés sur des châssis modifiés, cette ossature est conçue spécifiquement pour une application électrique.

Propulsion ou rouage intégral

À l’instar de la plupart des modèles annoncés de cette nouvelle vague électrique, l’Ioniq 5 pourra se mouvoir au moyen de ses deux roues arrière ou de ses quatre roues, selon si vous choisissez une configuration à moteur simple ou double.

PHOTO FOURNIE PAR HYUNDAI

L’Ioniq 5 pourra se mouvoir au moyen de ses deux roues arrière ou de ses quatre roues.

Hyundai proposera quatre configurations possibles avec deux batteries de capacités différentes. La livrée de base à propulsion aura une batterie de 58 kWh et un moteur arrière d’une puissance de 168 ch. Une version bimoteur avec cette même batterie aura 232 ch.

La livrée à batterie optionnelle (77,4 kWh) aura une version à moteur simple de 215 ch et double de 302 ch. Cette dernière déclinaison promet un 0-100 km/h en 5,2 s et une autonomie en protocole de mesure européen (WLTP) de 480 km. Ceci devrait se traduire plutôt autour des 400 km selon les mesures nord-américaines, plus réalistes.

L’Ioniq 5 se démarque réellement cependant sur le plan de la recharge. Elle sera compatible avec des bornes de recharge rapide ayant une capacité maximale de 350 kW et elle peut tolérer une tension allant jusqu’à 800 V. Si vous trouvez une borne capable d’assurer ce rendement — car elles sont encore très rares ici —, cela assure une vitesse de recharge fort impressionnante : de 10 à 80 % en seulement 18 min.

L’Ioniq 5 sera mise en vente à l’automne dans une tranche de prix qui n’a pas encore été dévoilée.