Dévoilée au Salon de l’auto de New York de 1969, la Datsun 240Z a été en quelque sorte un catalyseur de changement dans la manière dont le marché nord-américain définissait la voiture sport accessible. Abordable, amplement performante et dotée de lignes qui pourraient en partie s’assimiler à celles de la Jaguar E-Type, la japonaise a construit les fondations d’une longue et illustre lignée de sportives. Nissan a présenté la semaine dernière un avant-goût de sa prochaine descendante, un modèle longuement attendu qui cherche à marier modernité et obligations de mémoire.

Charles René Charles René
La Presse

Elle ne s’appelle pour le moment que Z Proto, mais beaucoup l’appellent déjà 400Z. Chose certaine, cette prochaine génération annonce déjà une évolution du concept, bien plus qu’une révolution. Nissan précise d’ailleurs que son design est la somme de multiples inspirations pigées ici et là sur des générations antérieures. Ainsi, la partie avant rappelle la première 240Z, alors que l’arrière se veut un hommage à la 300ZX. De profil, ce prototype adopte indéniablement la posture de la 370Z actuelle avec une ligne de toit qui s’achève en angle obtus avec le pare-brise.

Plus de moyens sous le capot

L’actuelle 370Z date de plus d’une décennie sans changement mécanique majeur, une éternité dans une industrie tractée par la recherche et le développement. Pour marquer la transition, Nissan avance que cette nouvelle Z aura à sa disposition un V6 biturbo dont les données techniques sont encore gardées sous scellé.

Ce serait logiquement le moteur employé dans les Infiniti Q50/Q60 de 3 L de cylindrée dont la puissance la plus élevée atteint 400 ch. Le constructeur précise également qu’il sera boulonné à une transmission manuelle à six rapports, un positionnement qui va sans doute satisfaire les puristes abandonnés par bien des marques.

L’habitacle a aussi été grandement modernisé, avec des instruments de mesure entièrement numériques.

Nous en saurons plus d’ici sa commercialisation, dont la date a été gardée secrète pour le moment.