Une étude de CAA-Québec démontre que des lentilles de phares d'automobile abîmées par les intempéries, les abrasifs et les débris deviennent si opaques qu'elles peuvent réduire la capacité d'éclairement de 50% en comparaison avec des phares en bon état.

CAA-Québec LA PRESSE

Des tests menés en circuit fermé le confirment: un automobiliste qui circule de nuit à 50 km/h disposera de quatre secondes de plus pour réagir en situation d'urgence si ses phares sont en bon état plutôt qu'abîmés.

Des tests sur circuit fermé

Les tests réalisés par CAA-Québec démontrent hors de tout doute l'efficacité des phares en bon état par rapport à ceux qui sont abîmés.

Lors d'un test avec les feux de route, le conducteur d'un véhicule dont les phares avaient été restaurés a pu voir les premiers obstacles disposés par CAA-Québec 60 mètres plus tôt que lors de l'essai avec une voiture aux phares abîmés. Étant donné que l'on parcourt 14 mètres par seconde à une vitesse de 50 km/h, le conducteur du véhicule aux phares restaurés a disposé de quatre secondes supplémentaires pour prendre une décision et réagir à l'approche de ces obstacles.

Les causes de la détérioration des phares

Bien que l'opacité des phares soit plus généralisée sur les véhicules qui ont plus de cinq ans, CAA-Québec a constaté que cette situation peut survenir dès les premières années de vie d'une voiture. C'est le type de matériau utilisé pour la confection des lentilles qui est en cause plutôt que l'âge.

Ainsi, les phares en verre d'un véhicule de plus de 10 ans peuvent être considérés comme en excellent état. Les phares conçus en polycarbonate (plastique), eux, sont plus facilement altérés par les projections d'abrasifs et de débris, comme le sable, le calcium ou le sel, ainsi que par le soleil et la pluie.

Des correctifs à peu de frais

Afin de remettre les phares à neuf, CAA-Québec recommande de faire affaire avec une entreprise spécialisée qui restaure de façon complète et durable les lentilles de phare grâce à une technique de polissage.

Plusieurs entreprises procèdent à la restauration des phares pour moins de 100 $. Il est à noter que divers produits sont également en vente, mais leur résultat n'est pas toujours durable.

Conclusions et recommandations

L'étude de CAA-Québec a clairement démontré la perte de luminosité engendrée par l'opacité de certaines lentilles de phare abîmées par les intempéries, les abrasifs et les débris.

En conduite automobile de nuit, ce manque de luminosité peut réduire le temps de réaction d'un automobiliste qui aurait à prendre une décision à cause d'un obstacle sur la chaussée.

À la lumière des résultats obtenus, CAA-Québec recommande à tous les automobilistes de faire vérifier l'état de leurs phares et d'apporter les correctifs nécessaires afin de maximiser leur vision.

CAA-Québec estime aussi que les constructeurs d'automobiles auraient tout intérêt à traiter de l'importance de maintenir les phares en bon état dans leur guide d'entretien afin de bien informer les consommateurs. Actuellement, on ne trouve pas ce genre de conseils dans les différents guides.

Pour prendre connaissance de l'étude complète de CAA-Québec sur les phares abîmés, consultez le caaquebec.com.