Sous des airs parfois paisibles, ces véhicules sont de vraies furies. Prenez les versions S d'Audi, par exemple. À l'exception de quelques signes distinctifs comme les rétroviseurs extérieurs peints couleur aluminium, elles ressemblent aux modèles «réguliers» de la gamme. Les apparences sont trompeuses.

Éric Lefrançois, collaboration spéciale LA PRESSE

Exception faite de la S4, qui est équipée du V6 turbo de trois litres, la famille S du constructeur allemand s'alimente d'un moteur V8 turbocompressé de quatre litres. La puissance varie selon le modèle. Ainsi, les S6 et S7 développent 420 chevaux, alors que la S8 en compte 100 de plus. Plus sportives, les S6 et S7 ont droit à une boîte à sept rapports à double embrayage, alors que la S8 retient les services d'une transmission à huit rapports.

La firme d'Ingolstadt propose également une série limitée de son coupé RS5 au Canada. Ce modèle exclusif compte sur un V8 4,2 litres de 450 chevaux. Une version cabriolet sera proposée l'an prochain.

Petit prix, grandes émotions

Ces Audi ne se destinent pas à tout le monde. La Focus ST, si. Cette version très performante (248 chevaux) de la Focus fera les délices des petits budgets.

Avec son petit béquet grimpé au sommet de son hayon, sa sortie d'échappement central et ses appendices aérodynamiques supplémentaires, cette Focus ne manque pas d'air. Outre sa mécanique enflammée, cette auto compte sur des éléments suspenseurs spécifiques et sur une direction à l'assistance finement réglée.

À l'intérieur, on note des baquets enveloppants, une instrumentation plus complète et une foule d'accessoires, dont des phares à haute densité (xénon) ainsi que l'incontournable système Sync, élaboré avec le géant informatique Microsoft.