Trois-milliards-cent-millions de dollars, c'est un investissement aux États-Unis «mis en péril» par la guerre commerciale délenchée par le président Donald Trump, dit le coréen Kia Motors.

Alain McKenna LA PRESSE

La hausse des tarifs sur les matériaux et les composants automobiles d'origine étrangère que les États-Unis comptent imposer menace les projets d'investissement du groupe Hyunda-Kia qui prévoyait dépenser 3,1 milliards US chez l'Oncle Sam d'ici à 2021.

« Ces taxes font mal non seulement à nos activités et à nos employés, mais elles mettent aussi en péril nos investissements à venir aux États-Unis », a fait valoir le groupe coréen par communiqué, la semaine dernière.

Cinquième groupe automobile du monde, Hyundai emploie quelque 25 000 personnes chez nos voisins du Sud.