Ferrari a levé le voile, la semaine dernière, sur sa plus récente création unique, probablement l'une des plus ambitieuses du genre, destinée à un - chanceux et bien nanti - client de la marque.

Charles René LA PRESSE

La P80/C est l'aboutissement d'une démarche qui a débuté il y a près de cinq ans, cherchant à marier deux sublimes bolides de course des années 60, les 330 P3/P4 et Dino 206 S.

Le résultat de l'exercice est saisissant, arrivant à marquer ici et là des références aux muses sans bouleverser un design fort contemporain qui mise essentiellement sur l'appui aérodynamique et le refroidissement des composantes mécaniques. L'arrière est ainsi pratiquement ouvert au complet pour refroidir le V8 biturbo de 3,9 L (plus de 600 ch).

Sous cette robe se cache un bolide de course bien moderne, une 488 GT3 dont plusieurs composantes ont été retravaillées.