Le constructeur automobile américain Ford a annoncé jeudi qu'il étendait à l'échelle du pays et hors des États-Unis ses rappels de véhicules équipés de coussins gonflables Takata défectueux.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Le groupe automobile va faire revenir plus de 816 000 automobiles de plus, cédant ainsi à l'injonction de l'agence américaine de la sécurité routière (NHTSA), qui demande depuis aux grands constructeurs concernés par le défaut d'étendre et d'accélérer les rappels des véhicules affectés.

Il s'agit de réparer ou de remplacer des coussins de sécurité placés côté passager à l'avant. Depuis le début des campagnes de rappels liés aux coussins gonflables Takata, Ford a fait revenir aussi bien des voitures pour des défauts côté conducteur que passager.

La marque à l'ovale bleu affirme ne pas avoir été informée d'un quelconque cas de blessure lié à cette avarie.

Des modèles sous la marque Ford (Mustang, GT, Fusion, ranger et Edge) et Lincoln sont concernés.

Environ 654 695 véhicules vont revenir auprès des concessionnaires aux États-Unis et 161 174 au Canada, qui effectueront les réparations gratuitement, insiste Ford.

Takata, qui contrôle 20% du marché mondial des ceintures et coussins gonflables pour l'industrie automobile, est empêtré depuis plus de deux ans dans une affaire de coussins de sécurité susceptibles d'exploser de façon intempestive. Au moins 15 personnes dans le monde ont été tuées par de tels accidents, dont 11, aux États-Unis.

Quasiment tous les grands constructeurs automobiles sont affectés, de General Motors à McLaren en passant par Tesla, BMW, Ford, Nissan, Honda, avec au total quelque 100 millions d'unités concernées par des rappels dans le monde (dont près de 70 millions aux États-Unis).

Au cours des dernières années, certains coussins gonflables ont explosé après une collision parfois mineure, projetant des fragments sur le conducteur ou le passager.