Le ministère fédéral de l'Industrie effectuera dorénavant des inspections plus sévères et plus fréquentes des stations-service du pays afin de vérifier l'exactitude des pompes distributrices d'essence.

Raymond Gervais LA PRESSE

Le ministre Jim Prentice a aussi décrété que les amendes imposées par Mesures Canada, l'organisme responsable de la surveillance de tout ce qui se vend au volume et au poids au pays, passeront de 1000$ à 10 000$ pour une première infraction. Les infractions subséquentes pourraient entraîner des amendes encore plus salées.

Au moment où le prix du litre d'essence a atteint 1,39$ à Montréal, les automobilistes sont de plus en plus irrités par le manque d'exactitude des compteurs des pompes à essence.

«Nos clients ne veulent plus payer pour de l'essence qu'ils ne pompent pas dans leur véhicule. Les 52,02$ pour faire le plein du réservoir sont de plus en plus difficiles à expliquer lorsque le consommateur n'arrive pas à arrêter le débit à la somme précise qu'il désire pomper, ce qui se produit fréquemment avec les plus anciennes pompes», affirme Annie Tremblay, propriétaire d'une concession libre-service montréalaise sous la bannière d'une grande pétrolière.

«Nous avons bel et bien un programme d'entretien régulier de nos pompes, mais les bris sont fréquents avec cette génération de distributrices. Comme elles appartiennent à la pétrolière qui nous alimente en carburant, nous devons attendre qu'elle procède à leur remplacement. Néanmoins, je peux vous assurer que le consommateur a ses 2 cents additionnels d'essence même s'il a relâché la détente du pistolet verseur à 52$. C'est le problème avec ce genre d'équipement: le compteur peut continuer à tourner et le carburant peut être pompé même après avoir relâché la détente. Il y a un décalage entre le moment où on arrête de pomper et le moment réel où l'essence cesse de couler», explique Mme Tremblay.

Selon Mesures Canada, près de 3% des pompes à essence testées entre 1999 et 2007 se sont révélées imprécises.

«C'est peu, mais c'est trop. Au prix actuel de l'essence, c'est suffisant pour semer la grogne», ajoute Mme Tremblay.

Les nouvelles normes gouvernementales seront mises en place graduellement d'ici à l'automne. Le nouveau système de surveillance obligera les stations-service à confirmer l'exactitude de leurs pompes distributrices tous les deux ans. Les postes d'essence dont les pompes seront imprécises - que l'erreur soit technique ou délibérée - seront mis à l'amende. Avant l'entrée en vigueur des nouvelles normes, les stations-service n'étaient soumises à aucune inspection obligatoire; elles devaient néanmoins, sous peine d'amende, entretenir leurs pompes distributrices et s'assurer de leur fiabilité.

Depuis que le prix de l'essence a atteint de nouveaux sommets, nombreux sont les politiciens qui en ont fait leur sujet de l'heure.

Jack Layton, chef du NPD, a demandé que le gouvernement Harper nomme un ombudsman du pétrole et de l'essence afin de protéger les intérêts des consommateurs. M. Layton se réjouit de la décision du gouvernement, mais attend de voir les résultats avant de donner son opinion sur son efficacité.