Les premières années en Amérique n'ont pas été faciles. Comme Hyundai à ses débuts avec la Pony et la Stellar, Kia a connu quelques difficultés avec la première génération du Sportage et de la Spectra, qui s'appelait alors la Sephia.

Jean-François Guay COLLABORATION SPéCIALE

Résultat: les récents modèles Rio, Spectra et Sorento obtiennent une bonne cote, tandis que l'avenir des nouvelles Sedona et Magentis s'annonce très prometteur. Cependant, il fut une époque où les modèles Kia étaient la risée de l'industrie automobile.

Les premières années en Amérique n'ont pas été faciles. Comme Hyundai à ses débuts avec la Pony et la Stellar, Kia a connu quelques difficultés avec la première génération du Sportage et de la Spectra, qui s'appelait alors la Sephia.

Il faut admettre que les premières Sportage et Sephia étaient ni plus ni moins les nouvelles Lada du marché canadien… Toutefois, les railleries ont été de courte durée. En 2002, Kia dévoilait une Spectra entièrement redessinée alors que le Sportage était retiré de la circulation.

Ce qui coïncidait également avec le lancement de la fameuse garantie 5-5-5, qui couvrait le véhicule d'un pare-chocs à l'autre pendant cinq ans ou 100 000 km. Un pari osé.

Mais du jour au lendemain, la marque souffre douleur est passée de zéro à héros en proposant la meilleure garantie de toute l'industrie. Par rapport à l'actuelle Spectra, l'ancienne et encore moins la défunte Sephia ne pouvait être comparée à des modèles concurrents aussi aguerris que les Mazda Protegé, Honda Civic et Toyota Corolla. Ces japonaises offraient une fiabilité, un comportement routier et une finition nettement supérieurs aux anciennes sud-coréennes.

Pour se mesurer aux japonaises, les Spectra et Sephia ont partagé un quatre cylindres de 2,0 litres dont la puissance s'élevait à 125 chevaux. Mais le moteur était mieux servi par la boîte manuelle à cinq rapports. Couplé à la boîte automatique à quatre rapports, ce dernier avait tendance à s'essouffler rapidement.

La consommation d'essence était démesurée pour une sous-compacte. Certes, il peut paraître risqué de se porter acquéreur d'une «vieille» Spectra. Toutefois, la plupart des modèles que l'on retrouve sur le marché de l'occasion sont encore couverts par la garantie d'origine 5-5-5.

Quant à la Sephia, le pari est plus risqué. Néanmoins, l'acheteur malchanceux pourra se consoler en sachant qu'il a payé un prix ridiculement bas. Ces modèles ne trouvent pas preneur tous les jours et il est facile de marchander.

En ce qui concerne la fiabilité, il est impensable de ne pas faire vérifier l'ensemble de la voiture. Les éléments les plus susceptibles de vous causer des ennuis sont la transmission automatique, les freins et la peinture. De même, le démarrage du moteur peut être capricieux par temps froid ou humide