(Washington) Allstate, l’un des plus grands groupes d’assurance automobile des États-Unis, a annoncé lundi qu’il allait reverser quelque 600 millions de dollars à ses clients, dont les voitures restent en grande partie au garage à cause de la pandémie de COVID-19.

Agence France-Presse

« Cette crise s’étend partout. À cause de la chute sans précédent du nombre de déplacements, nos clients vont toucher 600 millions de dollars de remboursements liés au confinement, sur les deux prochains mois », a promis dans un communiqué le PDG du groupe, Tom Wilson.

PHOTO D’ARCHIVES REUTERS

Tom Wilson, PDG de l’assureur Allstate, s’adressant à des investisseurs à New York le 19 septembre 2017.

« Ce n’est que justice, car conduire moins veut dire moins d’accidents », a-t-il ajouté.

Une autre compagnie d’assurance plus modeste, American Family Insurance, s’est elle aussi engagée à rembourser 200 millions de dollars à ses clients pour les même raisons.

« American Family Insurance fait ce geste par souci de responsabilité envers ses clients. Ils conduisent moins et il y a donc moins de déclarations de sinistre et pour cette raison ils méritent une réduction de leurs primes », a expliqué dans un communiqué Telisa Yancy, la numéro deux de l’assureur.

Les clients d’Allstate vont toucher environ 15 % du montant de leur contrat en avril et mai. L’assureur affirme que cela revient à reverser quelque 600 millions de dollars.

Ceux d’American Family Insurance toucheront eux 50 dollars par véhicule assuré. Les familles américaines disposant souvent de deux voitures, beaucoup de ménages toucheront 100 dollars.

L’entreprise compte émettre quelque 2,3 millions de chèques dans les 60 jours.

Autre signe des temps, Allstate va offrir à ses clients la protection gratuite contre le vol d’identité en ligne, jusqu’à la fin de l’année.

Les vols d’identité s’accroissent en ces temps de télétravail quasi généralisé, dans des conditions de cybersécurité pas toujours idéales.

La pandémie de COVID-19 frappe les États-Unis de plein fouet. Ils sont devenus l’épicentre mondial de la crise sanitaire.  

L’activité économique tourne au ralenti et les mesures de confinement plus ou moins sévères touchent la majorité de la population du pays, forçant les gens à ne guère quitter leur domicile.