Les candidats d’Occupation double qui pleurnichent a) parce que la production les sépare (bou-hou !) ou b) parce qu’ils ne sortent pas assez de leur cage dorée de la montagne Coupée (snif, snif !) auraient tout intérêt à visionner le documentaire Guerrières d’Ingrid Falaise, qui braque les projecteurs sur cinq femmes fortes et persévérantes, engagées dans des combats sociaux plus importants que l’obtention d’un voyage virtuel, mettons.

Hugo Dumas Hugo Dumas
La Presse

Canal Vie diffusera cette touchante heure de télévision le mercredi 2 décembre à 20 h. Les cinq survivantes interviewées par Ingrid Falaise mènent notamment des luttes contre l’excision au Québec (oui, ça existe) et pour une juste rémunération du travail des parents d’enfants handicapés.

Les cinq cas serrent le cœur. Il y a une mère de famille monoparentale, Nathalie Richard, qui reçoit trois fois moins d’argent qu’une famille d’accueil pour garder à la maison son fils de 14 ans lourdement handicapé. Il y a Annie St-Onge, dont la sœur a été assassinée au Mexique et dont les deux enfants ne perçoivent aucune rente d’orphelin.

Il y aussi Isabelle Simpson, ex-prostituée qui doit près de 15 000 $ à l’aide sociale, alors que son proxénète, à l’origine de cette « fraude », s’en est sorti avec une petite tape sur les doigts. Et il y a Diane Vachon, qui s’est battue jusqu’en Cour suprême pour que le chauffard ayant tué sa fille écope d’une peine d’emprisonnement plus sévère.

PHOTO FOURNIE PAR CANAL VIE

Ingrid Falaise pose les bonnes questions dans son nouveau documentaire, Guerrières.

Toutes les personnes du documentaire témoignent à visage découvert. Ingrid Falaise pose les bonnes questions avec empathie et bienveillance. Depuis qu’elle a publié Le monstre en 2015, la comédienne et auteure reçoit des tonnes de confidences. Celles qu’elle recueille dans Guerrières vous remueront, c’est certain.

De retour chez les gueux d’OD, quelqu’un peut-il mettre Carl, le chialeur avec un C, dans un véhicule VR St-Cyr ou dans une GravelAuto.com ? Ça presse. Destination : n’importe où sauf chez nous.

Depuis quelques épisodes, nous voyons à quel point Carl a agi en bébé gâté toute la saison, frappant les caméras robotisées et menaçant de boycotter les activités qui le contrariaient. Super mature, tout ça. Vraiment.

PHOTO FOURNIE PAR NOOVO

Carl la baboune ne figure assurément pas dans le top 3 de l’animateur. Ni dans le mien, d’ailleurs.

Les crises du bacon de Carl ont irrité Jay Du Temple, qui lui a décoché une belle flèche pendant le souper de non-élimination dimanche soir. Avec Éloïse, Carl la baboune ne figure assurément pas dans le top 3 de l’animateur. Ni dans le mien, d’ailleurs. Dire que Carl et Andréanne, une autre « révoltée » qui trouve ça donc « difficile » à OD, ont une chance sur deux de remporter le gros lot de 500 000 $ me dépasse. Mon vote va maintenant à Vincent et Noémie, qui ont la grande qualité de ne pas se plaindre la bouche pleine de friandises de chez Couche-Tard.

Les célibataires d’OD ne réalisent pas la chance qu’ils ont de pouvoir se coller et vivre à 12 sous le même toit, alors que tout le Québec se prépare à fêter Noël de façon modeste, disons.

L’atmosphère de camaraderie qui règne dans la maison mixte ne débouche pas sur de la télévision très croustillante, désolé. T’es mon bro, on forme une famille pour la vie, on sauve les amitiés, on refuse de s’éliminer, sérieux, coupez leur micro. C’est ennuyeux comme la totalité des interventions de Jamie cet automne, en excluant les révélations de lundi soir sur sa famille, qui ont été émouvantes. Ces extraits vidéo avec les parents des candidats tirent inévitablement des larmes.

On me dit que la production en a aussi ras le pompon d’OD amitié et des mini-rebellions des candidats, qui se sentent contrôlés. Ces jeunes savaient exactement dans quoi ils s’embarquaient en débarquant à Saint-Jean-de-Matha. Ils ne feront pleurer personne.

Parlant de larmes, j’ai failli en verser quelques-unes de découragement, dimanche, quand Andréanne, une fois de plus, ne connaissait ni la capitale du Canada ni celle de la province de Québec. Des infos que des élèves du primaire apprennent par cœur. Et Carl d’ajouter : moi non plus, je ne le savais pas.

D’accord, on ne recrute pas les participants d’OD dans des séminaires de doctorat, mais il y a des limites à l’ignorance et, surtout, à en être presque fier, non ?

N’oublions pas non plus Noémie, qui croyait que Jay Du Temple était le « propriétaire d’Occupation double ». Soupir.

De nouveaux noms pour Big Brother !

Malgré le sol qui commence à geler, mes taupes creusent et continuent de déterrer des infos croustillantes à propos de Big Brother Célébrités, qui débutera sur la chaîne Noovo en janvier. Après la chanteuse Marie-Chantal Toupin, voici trois autres concurrents qui poseraient leurs valises dans le manoir de cette populaire téléréalité : l’animatrice (et diva autoproclamée) Varda Étienne, l’homme d’affaires François Lambert et le boxeur Jean Pascal.

D’autres sources proches de la production chuchotent que l’humoriste Jean-Thomas Jobin ferait également partie de la distribution de cette émission quotidienne, où Marie-Mai pilotera les galas d’élimination du dimanche. Jean-Thomas Jobin est un fan fini de Survivor, dont il a vu toutes les saisons. Il risque d’être un joueur redoutable.

Eh oui, vous avez bien lu. François Lambert et Marie-Chantal Toupin, qui se sont fréquentés brièvement en 2013, vivront probablement sous le même toit pendant 13 semaines. Causeront-ils un « maudit bordel » dans la maison ? Gag facile, désolé. Dans la vraie vie, Varda Étienne et Jean Pascal sont de très bons amis. Déjà une alliance à casser ?

Rappelons que Noovo n’a pas encore dévoilé qui entrera dans le manoir de L’Île-Bizard et qui accueillera les candidats de Big Brother. Alex Perron a été pressenti, mais a décliné pour « des raisons personnelles » et en raison de conflits d’horaire.