Le premier mandat du président américain fut si riche en rebondissements et controverses qu’on jurerait que sa trame a été composée par des auteurs de série télévisée. La Presse s’est livrée à une petite expérience, en invitant quatre scénaristes québécois réputés à imaginer quelle serait la saison 2 de cette série trumpienne, advenant une réélection ou une défaite le 3 novembre. Attention, ça décoiffe !

La Presse

La guerre civile haletante de Joanne Arseneau

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

Joanne Arseneau nous livre une trame postélectorale pleine de rebondissements.

Joanne Arseneau, rompue à l’écriture de séries télévisées (Faits divers, Le Clan, Tag, 10-07, on en passe…), nous décrit une tournure dramatique des évènements, avec le déclenchement d’une guerre civile, non sans une pointe d’humour. Celle qui travaille actuellement sur les prochains épisodes de Faits divers réserve un rôle-clé au Canada et à la Corée du Nord. Éloignez les enfants, ça va brasser !

25 novembre 2020

Comme l’avaient prévu de nombreux stratèges de la politique américaine, une contestation monstre sévit aux États-Unis depuis le 4 novembre. Bien qu’une légère avance pour les démocrates (5,7 %) soit officiellement reconnue jusqu’à maintenant, les républicains et Donald Trump maintiennent que le vote postal a été une fraude sans précédent et qu’il doit être considéré comme inconstitutionnel. Le commandant en chef s’accroche au pouvoir. Selon les experts, l’Interregnum de 79 jours prévus par la loi ne sera pas suffisant pour régler le conflit.

PHOTOMONTAGE LA PRESSE

Des foyers de guerre civile éclatent quotidiennement. Deux cents milices armées pro-Trump arpentent les rues de plusieurs villes américaines. Les partisans démocrates sont sommés de rester à domicile, non seulement pour combattre la COVID-19, qui continue à monter en flèche du côté des républicains, mais également pour se protéger des rafales de tirs anti-démocrates dont ont été témoins plusieurs États. Récemment, un artiste de l’East Side de Manhattan a été abattu alors qu’il chantait Imagine de John Lennon.

Dans une diffusion Zoom à la nation, Trump demande aux forces de l’ordre de laisser les gens s’exprimer. Il ne connaît pas les miliciens qui se portent à sa défense, mais considère qu’ils ont le droit à leur opinion. Ils vivent dans un pays libre.

PHOTOMONTAGE LA PRESSE

La semaine précédente, Joe Biden, Kamala Harris et tous les membres de leur garde rapprochée ont dû être transportés d’urgence dans un endroit tenu secret à la suite du démantèlement d’un coup d’État prévu contre leurs installations. Un membre de la CIA aurait avoué sous la torture que le Canada hébergerait actuellement Joe Biden et son entourage grâce à l’intervention humanitaire de Justin Trudeau.

Dans une série de tweets plus ou moins cohérents, Trump a tenu à rassurer ses partisans qu’il est le meilleur président que les États-Unis aient connu jusqu’à maintenant et qu’il doit rester en poste pour les quatre prochaines années, afin de prouver que la démocratie est la plus grande valeur des United States of America.

Un second rôle émergent : Kim Jong-un

PHOTOMONTAGE LA PRESSE

Nous avons demandé à Joanne Arseneau quel personnage secondaire prendrait du galon dans la saison 2 de la « téléréaliTrump ».

Kim Jong-un, plutôt bien en vue ces quatre dernières années, mais un peu négligé depuis le début de la pandémie, s’apprête à revenir sous les feux de la rampe. Joanne Arseneau imagine que Melania et son plus jeune fils Barron sont hébergés, selon des rumeurs crédibles, dans un des palais du leader nord-coréen. À la Maison-Blanche, le président reste accompagné de deux sosies de sa femme. « La nucléarisation de la Corée du Nord pourrait, selon certains, être mise à profit par M. Trump, qui considère qu’un socialisme rampant menace l’Amérique. Plusieurs États démocrates seraient dans la ligne de mire », prévoit la scénariste dans sa trame.

La satire décapante de Daniel Thibault

Daniel Thibault, qui a prêté sa plume à de nombreuses émissions et séries télévisées (notamment Mirador, La vie parfaite et Ruptures), a concocté une satire à saveur de dérive dictatoriale. « Ça ne peut pas arriver », se dira-t-on. Le genre de réflexion que l’on s’est déjà fait au cours du premier mandat…

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

Daniel Thibault

Donald Trump est réélu. D’emblée, on affiche la couleur : orange, puisque tous les membres du Parti républicain devront s’enduire d’autobronzant en signe d’allégeance. Fidèle à sa promesse, le président finira de construire le mur… autour de la Maison-Blanche. Ce qui permettra de camoufler le tout nouveau terrain de golf qui y aura été aménagé. La façade de l’édifice sera d’ailleurs remplacée par un écran géant qui diffusera les meilleurs moments de The Apprentice, 24 heures sur 24. Le gouvernement lui-même déménagera dans la Trump Tower : il n’y a rien comme jaser avec Poutine dans le spa de la suite présidentielle…

Côté mesures sociales, on n’est pas en reste : l’avortement sera criminalisé et la mesure sera rétroactive. Toutes les femmes de banlieue n’ayant pas voté pour Trump pourront ainsi être sanctionnées, ce qui implique, bien entendu, qu’elles seront invitées une par une à passer une soirée au resto avec le président.

PHOTOMONTAGE LA PRESSE

Parlant de punition, Joe Biden, Hillary Clinton et Alec Baldwin iront enfin croupir derrière les barreaux. Question qu’ils contribuent quand même à la communauté, ils seront forcés de racler les forêts en Californie.

Attention, culte de la personnalité à l’horizon : toutes les statues renversées par les antifas seront remplacées par des sculptures du président le représentant en train de danser après avoir guéri de la COVID-19. Une taxe spéciale sera imposée pour financer sa coupe de cheveux parce que, hé, 70 000 $ par année, c’est pas donné.

On remet la guerre commerciale sur la table. Après la Chine, elle visera l’Allemagne, le Bangladesh et tous les États américains qui ont voté démocrate. Nouvelle devise nationale : « In Tariffs We Trust. »

PHOTOMONTAGE LA PRESSE

Vis-à-vis du Canada, les tensions vues dans le premier mandat atteindront de nouveaux sommets : la frontière canado-américaine sera fermée pour de bon afin d’éviter la contagion du socialisme, les tarifs sur l’aluminium deviendront permanents et une nouvelle taxe punitive sera imposée sur la queue de castor.

De son côté, Maxime Bernier tentera un coup d’État dans le but d’annexer le Canada aux États-Unis. Lui et la totalité de ses militants, soit trois personnes, seront stoppés dans leur élan par un groupe de touristes de Sault Ste. Marie bloquant l’accès du parlement pour se prendre en photo avec Justin.

Enfin, toute initiative pour combattre les changements climatiques sera abandonnée. Conséquence : le président sera finalement emporté par une vague bleue — pendant qu’il se fait bronzer à Mar-a-Lago.

Un second rôle émergent : Amy Coney Barrett

PHOTOMONTAGE LA PRESSE

Nous avons demandé à Daniel Thibault quel personnage secondaire prendrait du galon dans la saison 2 de la « téléréaliTrump ».

Pour Daniel Thibault, Amy Coney Barrett, nommée par le président à la fin de son premier mandat comme nouvelle juge de la Cour suprême, sera appelée sur le devant de la scène. Et en solo, s’il vous plaît : elle survivra à tous les autres juges, non remplacés à leur mort. « La vision originaliste de la Constitution sera donc appliquée et les États-Unis vivront enfin heureux comme des Amish, avec 14 enfants par femme et un VUS pour remplacer la carriole », conclut le scénariste.

– Coordination du projet : Sylvain Sarrazin, La Presse