L’entreprise Apple nage dans l'iFric. S’il y a une société dans le monde capable de rivaliser avec les budgets faramineux de Netflix, c’est bien Apple.

Hugo Dumas Hugo Dumas
La Presse

Pour propulser son nouveau service de télé en ligne Apple TV+, offert depuis hier, le géant à la pomme a dépensé sans compter, comme Julia Roberts dans Pretty Woman. On peut régler la note avec Apple Pay ? Merci.

Les 10 épisodes de la première télésérie d’Apple TV+, The Morning Show, ont coûté autour de 150 millions, surpassant le prix exorbitant de 130 millions rattaché au premier chapitre de The Crown, sur Netflix.

Et les deux stars de cette nouvelle émission, Jennifer Aniston et Reese Witherspoon, des actrices AAA à Hollywood, ont chacune empoché un cachet de 20 millions pour y jouer.

PHOTO FOURNIE PAR APPLE TV+

Jennifer Aniston et Reese Witherspoon dans The Morning Show

Au-delà de son aspect lustré, est-ce que The Morning Show (La matinale, en français) est une bonne série télé ? J’ai été déçu. Notamment parce que j’avais dévoré le livre qui sert de matériau de base au scénario, Top of the Morning, du journaliste Brian Stelter. Ce bouquin, publié en 2013, raconte avec une kyrielle de détails juteux la rivalité malsaine entre le Today Show de NBC et Good Morning America d’ABC dans la course aux cotes d’écoute. Ça se lit d’un trait.

Coups fourrés, manigances mesquines et jalousie entre collègues du même réseau, The Morning Show a évacué cet aspect croustillant pour se consacrer à l’impact du mouvement #moiaussi dans l’industrie télévisuelle. En fait, The Morning Show nous raconte une histoire déjà connue, celle de Matt Lauer, la vedette du Today Show, qui a été remercié en novembre 2017 en raison de ses inconduites sexuelles au bureau.

Le premier épisode de The Morning Show attaque directement le scandale, qui éclabousse le Tout-Manhattan médiatique. Deux heures avant d’entrer en ondes, la journaliste Alex Levy (Jennifer Aniston) apprend que son coanimateur des 15 dernières années, Mitch Kessler (Steve Carell), a été viré pour ses comportements de prédateur sexuel. C’est un choc immense pour l’équipe.

PHOTO FOURNIE PAR APPLE TV+

Steve Carell et Jennifer Aniston dans The Morning Show

Car Alex et Mitch dominent leur créneau de type Salut, bonjour depuis toujours. Les téléspectateurs adorent leur complicité pas du tout feinte. Mais le congédiement de Mitch arrive à un mauvais moment pour Alex. Son contrat expire et les patrons de sa chaîne la jugent trop vieille, à 50 ans, pour poursuivre le copilotage du Morning Show.

C’est ici que l’intrigue dévie de façon boiteuse. De femme effacée, peu revendicatrice, Alex pète les plombs et devient un modèle de féministe en milieu de travail. La conversion s’opère en une nuit, clac ! comme ça.

L’arrivée de Reese Witherspoon au sein du Morning Show se passe de manière encore plus irréaliste, que je ne divulgâcherai pas. Sachez que Reese Witherspoon incarne Bradley Jackson, 40 ans, une journaliste frondeuse et impétueuse de la Virginie-Occidentale. Bref, l’opposé de sa « rivalamie » Alex.

Les épisodes, tournés de façon somptueuse, s’étirent inutilement, je trouve. Hélas, Apple TV+, dont l’abonnement mensuel coûte 5,99 $, ne propose pas un produit du calibre de House of Cards, qui a cimenté le statut d’incontournable de Netflix.

Ce n’est pas mauvais, juste correct. Je m’attendais à visionner une série dramatique à la The Newsroom de HBO, mais en 10 fois meilleure, ce qui est loin d’être le cas.

Il faut savoir qu’aux États-Unis, les émissions comme le Today Show relèvent directement du secteur de l’information et génèrent des millions de dollars en recettes publicitaires.

Si le reste de la salle de rédaction d’un réseau comme ABC roule bien, c’est en partie grâce aux segments légers de Good Morning America sur la recette pour faire une délicieuse purée avec l’intérieur gluant de votre citrouille.

Il existe de vives tensions entre les journalistes qui flirtent avec le divertissement et les purs et durs, qui refusent de se déguiser en John Travolta pour lire les nouvelles entre 6 h et 9 h. The Morning Show aborde de façon superficielle cet enjeu pourtant fondamental.

Par contre, les deux actrices principales offrent des performances étincelantes, particulièrement Jennifer Aniston, qui adopte le ton parfait de ces présentatrices au sourire permanent, même si elles n’ont dormi que trois heures la veille.

En fait, The Morning Show ressemble à un nouveau iPhone X Machin Pro. En pièces détachées, chacune des composantes en met plein la vue : les acteurs, la réalisation, les moyens financiers illimités, le prestige, les décors magnifiques, alouette. Mais une fois assemblé, The Morning Show fonctionne mal. Il y a plusieurs bogues à régler et ça prendra plus qu’une mise à jour du système d’exploitation pour les corriger.