Dieudonné: malaise chez les humoristes québécois

Dieudonné... (Photo: AFP)

Agrandir

Dieudonné

Photo: AFP

La Presse

Les humoristes, les producteurs et autres professionnels de l'humour du Québec connaissent l'humoriste français Dieudonné. Et le plus souvent, ils l'ont apprécié en d'autres temps. Aujourd'hui, avec ses blagues sur les chambres à gaz et la Shoah, Dieudonné ne trouve plus guère de partisans dans le milieu de l'humour québécois dans un contexte de montée du racisme en France qui inquiète beaucoup de ce côté de l'Atlantique. Plusieurs artistes ont accepté de réagir aux poursuites contre Dieudonné et à la menace d'interdire son spectacle de tournée.

François Massicotte, humoriste

«J'ai déjà vu plusieurs spectacles de Dieudonné et j'ai toujours tripé, notamment celui sur la laïcité au TNM. C'était excellent. Alors quand je vois ce qui se passe en France, je ne comprends plus. On dirait que ce n'est pas le même gars. Il n'y avait rien de raciste dans ce qu'il faisait à Montréal. C'est dommage, car c'est un humoriste de grand talent. À chaque numéro, il retourne sur Hitler et à taper sur des Juifs. C'est épouvantable. Et c'est juste mauvais. Il est comme tombé en amour avec sa controverse. Propager de la haine est inacceptable.»

François Morency, humoriste

«Je n'ai pas du tout suivi le plus récent chapitre de la saga Dieudonné, car j'en suis un peu tanné. Ce gars, que j'ai rencontré et présenté lors de galas JPR que j'animais, a un talent énorme. Mais au fil des ans, on dirait qu'il a oublié le premier mandat d'un humoriste: faire rire. Que la controverse soit le chemin choisi pour arriver au rire ne me pose aucun problème. Mais si le résultat final voulu et obtenu n'est qu'une accumulation de controverses variées, là on me perd.

«Concernant l'interdiction de son spectacle, s'il brise la loi, qu'on l'arrête, comme n'importe quel autre citoyen. Sinon, qu'on le laisse s'exprimer, comme n'importe quel autre citoyen.»

André Ducharme, humoriste

«Le dossier Dieudonné est très complexe et, honnêtement, je ne suis pas assez au courant de ce dossier pour en avoir une opinion que je juge pertinente. Dans l'absolu, en humour, on peut tout dire. Tout est dans le ton, la manière et l'intention. Mais Dieudonné fait-il encore de l'humour?»

Emmanuel Bilodeau, humoriste

«Je ne connais pas le contenu de son nouveau spectacle, mais je pense que cet ancien humoriste de talent n'est plus un humoriste, mais beaucoup plus un polémiste! Il semble dorénavant plus allumé par la controverse que par l'humour. C'est dommage, car il peut être très drôle, caustique, pertinent. Il est capable du meilleur... et du pire. Il est en croisade obsessive compulsive contre tous les obstacles à la liberté d'expression, mais en oubliant que lui et elle ont leurs limites.

«On ne peut pas dire tout ce qu'on veut en humour, en public. Ce n'est pas parce que c'est drôle que ce n'est pas violent ou haineux. Il faut faire attention aux mots, au ton, au contexte sociopolitique si on veut être bien compris. Et si on veut que ça reste drôle. C'est la même réalité pour tous ceux qui s'expriment en public, qu'ils soient chroniqueurs, animateurs, politiciens ou clowns!»

Gilbert Rozon, fondateur de Juste pour rire

«La controverse sur Dieudonné est une chose, mais le mal est plus profond. Il y a une montée des intégrismes en France, notamment de la droite. On le voit avec Le Pen ou l'opposition au mariage gai. Alors, on cherche des boucs émissaires: les Juifs, les Arabes, les immigrants, les gais. Arrive un Dieudonné qui tient indéniablement des propos antisémites indéfendables. Mais pendant qu'on parle de Dieudonné, on ne parle pas du racisme en France, quelque chose de plus dramatique. On est en train de faire de lui un martyr et on lui fait une belle tribune pour vendre ses billets.»

Neev, humoriste

«Cette question me touche comme humoriste, comme Juif , mais de façon plus importante comme citoyen du monde. La croisade entreprise par Dieudonné est en train de prendre des proportions malheureuses. Son talent en tant qu'humoriste est indéniable.

«Cependant, ce qu'il en fait m'inquiète plus. Que l'individu soit antisémite ou antisioniste, comme il aime bien le dire, m'importe peu. Par contre, qu'il encourage et incite d'autres à le suivre, là est le vrai problème. Qu'il qualifie son geste fétiche non pas comme un salut nazi, mais comme un geste antisystème relève de la supercherie. [...] Lorsque je vois que la majeure partie des photos envoyées sur le site de Dieudonné en guise de trophées sont prises devant Auschwitz, des monuments sur la Shoah, des synagogues, des écoles juives [...], il est difficile d'en croire autrement! Qu'on trouve ça drôle qu'un humoriste regrette le temps des chambres à gaz me répugne!»

Dorothy Rhau, humoriste

«La ministre française Christiane Taubira résume bien le fond de ma pensée. Elle a dit: La liberté d'expression ne peut pas entrer en contradiction avec la loi. Le racisme et l'antisémitisme sont des délits, qui souvent mènent au crime. Ceux qui rient avec cette personne, qui se fait à la fois propagandiste et complice d'un crime contre l'humanité, doivent comprendre qu'ils rient contre eux-mêmes.»

Guy Nantel, humoriste

«Comme je suis à l'extérieur du pays depuis plusieurs semaines en mission pour Terre sans frontières, je n'ai pas vraiment suivi l'histoire. Cela dit, je ne vois pas au nom de quoi on peut exercer de la censure en ce qui concerne un spectacle live. Qui sera l'arbitre du bon ou du mauvais goût? Je pense qu'il faut toujours laisser la liberté d'expression et, ensuite, s'il y a matière à poursuite pour diffamation, propos haineux ou atteinte à la réputation, alors là, il faut poursuivre.»




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600147:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer