Deux jours après avoir fait leur apparition au Ed Sullivan Show, en 1964, les Beatles étaient montés à bord d'un train qui devait les conduire de New York à Washington D.C, où ils livreraient leur première performance devant un public américain.

Publié le 20 mai 2011
Ula Ilnytzky ASSOCIATED PRESS

Mike Mitchell, alors âgé de 18 ans, y était. Armé d'une carte de presse, il s'est posté à quelques mètres de la scène pour tirer des clichés du Fab Four, allant même jusqu'à monter sur scène pour les photographier.

Quarante-sept ans plus tard, le photographe a imprimé 50 épreuves argentiques à la gélatine à partir des négatifs des photos prises le 3 septembre 1964.

Il les mettra en vente à la prestigieuse maison d'encan Christie's de New York le 20 juillet. Le total des ventes pourrait atteindre les 100 000 $, selon les estimations.

Chaque photographie sera vendue individuellement.

Mike Mitchell éclate de rire lorsqu'il décrit les événements de cette soirée mémorable. Il évoque, bien entendu, l'hystérie collective qui régnait, mais également l'accès incroyable dont il a bénéficié. Pas de mesures de sécurité draconiennes, pas de cordon de sécurité pour brimer la liberté de mouvement des journalistes.

«Il y a longtemps que j'ai pris ces photos. Les choses ne se passaient pas ainsi à cette époque», se souvient-il.

Malgré tout, il existe peu de photos de ce concert historique. Le dirigeant du département culturel de la maison Christie's, Simeon Lipman, dit ignorer pour quelle raison il en est ainsi.

Il soutient que les photographies en noir et blanc prises par Mike Mitchell sont d'une qualité exceptionnelle.

«Elles ont été prises de très près et sont très animées. La lumière est intéressante. Ce sont des oeuvres très personnelles et intimes», a-t-il fait valoir.