Les rendez-vous du mélomane.

Alain Brunet Alain Brunet
La Presse

Classique : L’opéra de Beethoven en version concert selon YNS

À la barre de l’orchestre du Metropolitan Opera, Yannick Nézet-Séguin et l’Orchestre Métropolitain (OM) suggèrent un prélude au 250e anniversaire de la naissance de Beethoven (1770) en dirigeant Fidelio, unique opéra du compositeur allemand interprété en version concert, le tout préparé en collaboration avec l’Opéra de Montréal. Rappelons la trame dramatique : déguisée en homme, Leonore se présente sous le nom de Fidelio pour devenir aide-geôlier dans une prison où son mari Florestan est injustement incarcéré sur ordre de Don Pizzaro, son ennemi politique. Leonore jouera si bien son rôle de Fidelio qu’elle suscitera l’amour de Marzelline, la fille du geôlier qui repousse maintenant son fiancé, pendant que Leonore parviendra à sauver son mari d’une mort planifiée par Pizzaro. Dans le cas qui nous occupe, Leonore en homme est incarnée par la soprano Lise Davidsen, Florestan est joué par le ténor Michael Schade, Don Pizarro est campé par le baryton-basse Luca Pisaroni, auxquels se joignent le baryton Alan Held (Don Fernando), la basse Raymond Aceto (Rocco), la soprano Kimy McLaren (Marzellone), le ténor Jean-Michel Richer (Jaquino), le ténor Sylvain Paré (prisonnier) et le baryton-basse Jean-Philippe McClish (prisonnier), et l’on ne compte pas le Chœur de l’Opéra de Montréal.

À la Maison symphonique, le 25 octobre, 19 h 30, et le 27 octobre, 15 h.

Consultez le site web du spectacle : https://www.operademontreal.com/programmation/fidelio#banner

Classique, romantique, moderne : András Schiff, soliste et...

PHOTO FOURNIE PAR L’ORCHESTRE SYMPHONIQUE DE MONTRÉAL

András Schiff

Dans un passé récent, le pianiste hongrois András Schiff a ébloui les mélomanes montréalais par son jeu circonspect et délicat, par son extrême raffinement. Fils unique de survivants de la Shoah, ce grand musicien se proposait cette fois d’être à la fois chef et soliste d’un programme relevé et d’autant plus difficile à exécuter en ce qui le concerne : Concerto pour piano en ré majeur, Hob.XVIII : 11, de Joseh Haydn, Concerto pour piano no 2 en si bémol majeur, op. 19 de Ludwig van Beethoven. Il appert que la seconde partie du programme sera assurée par le jeune maestro Thomas Le Duc-Moreau, chef assistant de l’OSM. Il dirigera l’ouverture tragique, op. 81 et Variations sur un thème de Haydn, deux œuvres de Johannes Brahms. 

À la Maison symphonique, ce soir et demain, 20 h.

Consultez le site web du spectacle : https://www.osm.ca/fr/concerts/sir-andras-schiff-joue-et-dirige-losm/

Classique, romantique : Haydn à la londonienne

PHOTO FOURNIE PAR LE MBAM

Le London Haydn Quartet

Constitué des violonistes Catherine Manson et Michael Gurevich, de l’altiste John Crockatt et du violoncelliste Jonathan Manson, le London Haydn Quartet est renommé pour ses enregistrements de quatuors du Viennois Joseph Haydn, exécutés avec instruments anciens. De retour à la salle Bourgie, le quatuor anglais jouera le Quatuor à cordes en ré majeur, op. 64 n5, L’Alouette de Haydn, mais aussi le Quatuor à cordes no 1 en mi bémol majeur, op. 12, de l’Allemand Felix Mendelssohn. De concert avec le clarinettiste Eric Hoeprich, aussi féru d’instruments anciens, l’ensemble interprétera le Quintette pour clarinette et cordes en si bémol majeur, op. 34 du compositeur romantique allemand Carl Maria von Weber.

À la salle Bourgie, ce soir, 19 h 30.

Consultez le site web du spectacle : https://www.mbam.qc.ca/achats-en-ligne/concerts/london-haydn-quartet/8636/

Classique, romantique, moderne : Retour du maestro français François-Xavier Roth

PHOTO FOURNIE PAR L’ORCHESTRE SYMPHONIQUE DE MONTRÉAL

François-Xavier Roth

Très apprécié à la Maison symphonique, l’an dernier, pour son approche singulière et novatrice, le maestro français François-Xavier Roth s’amène cette fois avec le compatriote Pierre-Laurent Aimard, soliste d’expérience qui jouera le Concerto pour piano no 1, Sz. 83, de Bartók. On sait qu’Aimard s’est forgé une réputation de grand interprète du répertoire moderne, ayant jadis fréquenté les compositeurs Olivier Messiaen et György Kurtág, soit à l’aube de sa carrière. Par ailleurs, François-Xavier Roth dirigera l’OSM pour l’exécution de l’Ouverture Leonore no 3, op. 72B, de l’opéra Fidelio signé Beethoven (deuxième citation montréalaise de l’œuvre en octobre !) peu après l’exécution de la version concert ainsi que le fameux poème symphonique Ein Heldenleben (Une vie de héros) de Richard Strauss.

À la Maison symphonique, les 30 et 31 octobre, 20 h.

Consultez le site web du spectacle : https://www.osm.ca/fr/concerts/une-vie-de-heros-de-richard-strauss/

Contemporain, électroacoustique : Akousma à l’Usine C, premier programme

PHOTO ELÉONORE HUISSE, FOURNIE PAR LE FESTIVAL AKOUSMA

Kassel Jaeger

Ce soir, un des principaux programmes du festival Akousma est présenté à l’Usine C, comportant cinq œuvres exécutées ou diffusées devant public. Huit élèves du programme de composition préuniversitaire du cégep de Saint-Laurent présentent leurs travaux à la suite d’une résidence de création aux studios du CeReNeM de l’Université d’Huddersfield, sous la supervision du compositeur québécois Pierre Alexandre Tremblay. Percussionniste de formation, devenue compositrice par la suite, la Suédoise Lise-Lotte Norelius donne priorité à la musique électroacoustique et à l’électronique en direct. La Québécoise Monique Jean poursuit ses recherches impliquant la spatialisation sur dôme de haut-parleurs avec son dispositif no input, inscrit dans la projet Miss Take. Producteur radiophonique, compositeur et théoricien, François Bonnet est directeur artistique du Groupe de recherches musicales (GRM) de l’Institut national de l’audiovisuel (INA). Sous le pseudo Kassel Jaeger, le musicien français a produit de nombreuses œuvres où entrent en jeu l’expérimentation concrète, l’ambient noise et l’improvisation électroacoustique. Koeosaeme est le projet solo du compositeur japonais Ryu Yoshizawa, membre du groupe d’artistes sonores Office Intenzio au côté de Yukihiro Takahashi (Yellow Magic Orchestra). Il y explore la fusion entre la création programmée et l’art sonore.

À l’Usine C, ce soir, 19 h 30.

Consultez le site web du spectacle : http://akousma.ca/fr/festival/festival-akousma/akousma-xvi/fr/festival/festival-akousma/akousma-xvi-bientot/23-octobre-2019/#0

CONTEMPORAIN, ÉLECTROACOUSTIQUE : Akousma à l’Usine C, prise 2

PHOTO FOURNIE PAR LE FESTIVAL AKOUSMA

Richard Devine

De Montréal, Nicolas Giannini est un artiste sonore et un compositeur électroacoustique se consacrant aux musiques immersives, acousmatiques, instrumentales, aux sons évoquant le monde physique et les organismes vivants. Également d’ici, Christian Bouchard touche aux musiques pour le théâtre, le film ou l’installation, à la performance en direct (avec le quatuor Theresa transistor), à la musique électronique et principalement à l’électroacoustique. Depuis 2008, la compositrice française Bérangère Maximin a développé sa propre approche de l’art sonore et de la musique électroacoustique, on dit ses pièces denses et immersives, cinq albums témoignent de son sens du détail, de son approche nuancée et dynamique. Dominic Jasmin est un improvisateur et un compositeur électroacoustique montréalais, sa musique « mélange la nature accidentelle et imprévisible de l’improvisation aux techniques électroacoustiques ». De l’Américain Richard Devine, on dit qu’il compose des musiques parmi les plus complexes à émerger des scènes techno et IDM, musiques traversées par les musiques concrète et industrielle comme par l’électro et le hip-hop.

À l’Usine C, demain, 19 h 30.

Consultez le site web du spectacle : http://akousma.ca/fr/festival/festival-akousma/akousma-xvi/fr/festival/festival-akousma/akousma-xvi-bientot/24-octobre-2019/#0

Classique, moderne : Le fameux Quatuor Borodine chez Beethoven et Chostakovitch

PHOTO SIMON VAN BOXTEL, FOURNIE PAR LE QUATUOR BORODINE

Le Quatuor Borodine

Dans le cadre d’une tournée mondiale prévue pour le 75e anniversaire du mythique Quatuor Borodine, son alignement actuel a pigé parmi les quatuors de Beethoven et de Chostakovitch. Ainsi, l’escale montréalaise du fameux ensemble russe prévoit l’exécution du Quatuor à cordes no 1, en fa majeur, op. 18, no 1, de Beethoven, d’Elégie pour quatuor à cordes en fa dièse mineur de Chostakovitch, sans compter le Quatuor à cordes no 3, en fa majeur, op. 73, du grand compositeur de l’époque soviétique.

À la salle Pierre-Mercure du centre Pierre-Péladeau, le 1er novembre, 20 h.

Consultez le site web du spectacle : http://www.centrepierrepeladeau.uqam.ca/spectacles/index.php?id_spect=527

Baroque, classique, romantique, contemporain : Les Violons de l’espoir

PHOTO FOURNIE PAR MUSÉE DE L’HOLOCAUSTE MONTRÉAL

Les Violons de l’espoir

Le Musée de l’Holocauste Montréal présente Les Violons de l’espoir, soit des instruments à cordes restaurés par le maître luthier israélien Amnon Weinstein et son fils Avshalom. Ces 70 instruments revivent après avoir appartenu à des musiciens juifs, avant et durant l’Holocauste. Huit de ces violons tristement célèbres se rendront donc à Montréal : sous la direction du maestro néerlandais Vincent de Kort, l’Orchestre Métropolitain présentera un concert en hommage aux victimes de l’Holocauste et à l’occasion du 75e anniversaire de la libération des Pays-Bas par les Forces armées canadiennes. Le programme comprendra des œuvres de J.S. Bach, de Mendelssohn (avec le violoncelliste Yegor Dyachkov et la violoniste israélienne Kinneret Sieradzki), de Mahler, du compositeur canadien Jocelyn Morlock, ainsi que la création d’une œuvre intitulée Journaux de guerre d’enfants, du compositeur canadien Jaap Nico Hamburger – ce dernier se serait inspiré d’une compilation de journaux intimes d’adolescents assassinés pendant la guerre, ainsi que d’une visite au Mémorial des enfants de Yad Vashem. Pour leur part, la soprano Sharon Azrieli et le ténor Gideon Zelermyer (le même cantor ayant participé au dernier album de Leonard Cohen) chanteront en hommage aux victimes de la guerre, et il ne faut pas oublier la participation de l’ensemble Voces Boreales.

À la Maison symphonique, le 2 novembre, 19 h 30.

Consultez le site web du spectacle : https://placedesarts.com/fr/evenement/les-violons-de-lespoir

Classique, romantique : Karina Gauvin (virtuellement) à Saint-Pétersbourg

PHOTO FOURNIE PAR LE MBAM

Karina Gauvin

La grande soprano Karina Gauvin et le Pacific Baroque Orchestra de Vancouver, un ensemble de 18 interprètes sous la direction du claveciniste Alexander Weimann, présentent un répertoire rare d’œuvres instrumentales et d’airs d’opéra italiens et russes interprétés à la cour de Russie à Saint-Pétersbourg au XVIIIsiècle. Au programme, on a prévu des oeuvres d’Araja, Berezovsky, Bortniansky, Dall’oglio, Fomin, Gluck, Hasse et Paisiello.

À la salle Bourgie, le 2 novembre, 20 h.

Consultez le site web du spectacle : https://www.mbam.qc.ca/achats-en-ligne/concerts/karina-gauvin-et-le-pacific-baroque-orchestra/8640/

Baroque, contemporain : Les Petits Chanteurs du Mont-Royal avec l’OCM

PHOTO FOURNIE PAR L’ORCHESTRE CLASSIQUE DE MONTRÉAL

Les Petits Chanteurs 
du Mont-Royal

L’Orchestre classique de Montréal poursuit sa 80e saison en mettant en lumière les Petits Chanteurs du Mont-Royal. Pour leur premier grand concert depuis cette crise vécue avec la Commission scolaire de Montréal (CSDM), les jeunes chanteurs interpréteront l’Oratorio de Vivaldi. Ce programme comprendra aussi le Concerto pour piano en ré mineur de Bach, arrangé par Busoni, exécuté par l’OCM de concert avec la soliste Anne-Marie Dubois, ainsi qu’une œuvre pour orchestre de chambre de la compositrice canadienne Vania Angelova.

À la salle Pierre-Mercure, le 3 novembre, 15 h.

Consultez le site web du spectacle : http://www.centrepierrepeladeau.uqam.ca/spectacles/index.php?id_spect=519