Source ID:520806; App Source:cedromItem

Silent Night à l'Opéra de Montréal

L'opéra Silent Night, qui a remporté le prix... (Photo: fournie par l'Opéra de Montréal)

Agrandir

L'opéra Silent Night, qui a remporté le prix Pulitzer en 2012, a été commandé par l'Opéra du Minnesota, en coproduction avec l'Opéra de Philadelphie.

Photo: fournie par l'Opéra de Montréal

Caroline Rodgers
La Presse

S'inspirant du succès de Dead Man Walking en 2013, l'Opéra de Montréal s'aventure de nouveau sur les sentiers de l'opéra américain actuel avec Silent Night. L'oeuvre du compositeur Kevin Puts, chantée en trois langues, s'inspire du film Joyeux Noël, qui raconte la trêve spontanée d'une nuit observée par des soldats à la veille de Noël durant la Première Guerre mondiale.

L'opéra, qui a remporté le prix Pulitzer en 2012, a été commandé par l'Opéra du Minnesota, en coproduction avec l'Opéra de Philadelphie. Il a été présenté pour la première fois à Saint Paul, au Minnesota, en 2011, et a été bien reçu par la critique.

C'est cette même production que l'on verra à Montréal, mais avec une brochette de jeunes chanteurs canadiens très en vue: la soprano Marianne Fiset, le baryton Philippe Addis, le ténor Joseph Kaiser et le baryton-basse Daniel Okulitch. Ce dernier s'est récemment fait remarquer dans le nouvel opéra Brokeback Mountain présenté au Teatro Real de Madrid, où il tenait le rôle d'Ennis.

Mais pourquoi présenter un opéra sur Noël au mois de mai?

«C'est une question de disponibilité d'artistes et de production, explique Michel Beaulac, directeur artistique de l'Opéra de Montréal. On loue cette production qui est merveilleuse, c'était une question de calendrier. Dead Man Walking nous a convaincus que notre public est prêt à entendre des oeuvres nouvelles, contemporaines. Surtout que les opéras écrits de nos jours sont plus accessibles qu'ils ne l'ont été à une certaine époque. Dans les années à venir, nous allons avoir un opéra actuel par saison.»

Chanteurs d'ici

Cette année, l'OdM présente quatre productions, dont trois font une place importante aux chanteurs et artistes québécois et canadiens. C'est le cas de Samson et Dalila, avec Marie-Nicole Lemieux dans le rôle-titre, en janvier, dans une mise en scène d'Alain Gauthier, avec Jean-Marie Zeitouni à la direction d'orchestre.

Une autre étoile lyrique québécoise sera de retour à l'OdM: Étienne Dupuis. Il chantera enfin chez nous le rôle qui lui a valu tant de succès en Europe, le Figaro du Barbier de Séville de Rossini. À ses côtés, le rôle de Rosina sera tenu par Mireille Lebel, mezzo originaire de Vancouver qui a déjà fait partie de l'Atelier lyrique de l'Opéra de Montréal et qui mène aussi une belle carrière.

Le quatrième opéra à l'affiche est Nabucco, de Verdi, dans une production que l'OdM qualifie de «spectaculaire». Elle réunit des chanteurs de diverses origines qui feront, pour la plupart, leurs débuts à la compagnie. Ainsi, le ténor venu d'Azerbaïdjan Elchin Azizov sera Nabucco et la soprano ukrainienne Tatiana Melnychenko sera Abigaille.

Atelier lyrique

L'Atelier lyrique, pour sa part, présentera La voix humaine de Poulenc, Trouble in Tahiti, de Bernstein, et participera à Zémire et Azor, de Grétry, mis en scène par Denys Arcand, en collaboration avec les Violons du Roy.

Calendrier

Nabucco, les 20, 23, 25 et 27 septembre 2014

Le barbier de Séville, les 8, 11, 13 et 15 novembre 2014

Samson et Dalila: 24, 27, 29 et 31 janvier 2015

Silent Night: 16, 19, 21 et 23 mai 2015




la boite: 1600147:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer