Le pianiste américain Nicholas Angelich a été distingué en France, son pays d'adoption, par une Victoire de la musique classique dans la catégorie «soliste instrumental» lors d'une cérémonie de remise lundi soir à Bordeaux.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Nicholas Angelich, né en 1970 aux États-Unis mais parfait francophone, a donné son premier concert à 7 ans et est entré à 13 ans au Conservatoire national supérieur de Paris, où il a aussi enseigné.

Grand interprète du répertoire classique et romantique, il a notamment donné l'intégrale des Années de Pèlerinage de Liszt au cours d'une même soirée. Son disque consacré aux Variations Goldberg est paru en mai 2011.

Les Victoires ont aussi distingué la soprano Sabine Devieilhe (révélation artistique lyrique) et le violoncelliste Edgar Moreau (révélation soliste instrumental)

Ces récompenses ont fait découvrir en 20 ans au grand public de nombreux talents, comme le contre-ténor Philippe Jaroussky (révélation 2004 puis artiste lyrique 2007 et 2010) ou la soprano Patricia Petibon (meilleur espoir lyrique 1998).