Le deuxième Concours international d'orgue du Canada se déroulera du 5 au 16 octobre et réunira 16 concurrents de 11 pays. Ceux-ci ont été choisis parmi 60 candidats de 17 pays.

Claude Gingras LA PRESSE

Lancée en 2008 à Montréal, unique lieu de ses activités, la compétition comporte trois épreuves, dans trois églises différentes: programme Bach-Buxtehude à l'Immaculée-Conception; programme d'oeuvres de Jehan Alain (pour le centenaire de la naissance du compositeur) réunissant les 10 demi-finalistes à Saint-Jean-Baptiste; épreuve finale (maximum de cinq concurrents) à Notre-Dame, comportant une pièce imposée à tous les finalistes, les Variations sur «Weinen, Klagen, Sorgen, Zagen» de Liszt (pour le bicentenaire), et des pièces au choix de chacun. C'est également à Notre-Dame qu'aura lieu le concert des principaux lauréats, le 16 octobre, à 19h30.

Sous la présidence de l'organiste John Grew, fondateur du Concours, le jury comprend les organistes Martin Haselböck, James Higdon, Mireille Lagacé, Susan Landale, Jon Laukvik, Carole Terry, Thomas Trotter et Daniel Zaretsky. Quelques-uns de ces musiciens donneront des récitals ou des master-classes pendant leur séjour ici.

Une dizaine de prix sont offerts. Le premier, de 25 000$, s'augmente d'une bourse de 5 000$ offerte par des mécènes américains et d'un enregistrement chez ATMA. La valeur des autres prix varie de 15 000$ à 1 000$.

Le tirage au sort d'un numéro déterminant l'ordre de passage des concurrents avait lieu hier midi à la tribune de l'orgue de Notre-Dame, en présence de l'industriel Noël Spinelli, président du Concours.