La musique n'a jamais été un à-côté pour Isabelle Blais et Pierre-Luc Brillant. Les deux comédiens en font encore une fois la preuve en lançant La lune est passée par ici, deuxième album de leur projet commun, Comme dans un film.

Mis à jour le 25 mars 2019
JOSÉE LAPOINTE LA PRESSE

«Faire de la musique nous permet d'être maîtres de notre univers et c'est très satisfaisant. On ne peut pas se passer de ça», dit Isabelle Blais qui, mine de rien, en est rendue à son sixième disque, après les quatre qu'elle a faits avec Caïman fou.

«Et il y a encore du monde qui [est] surpris quand je leur dis que je chante!», ajoute en souriant la vedette de la série Faits divers, qui fait partie du spectacle hommage à Pauline Julien, La Renarde.

Pierre-Luc Brillant, lui, a carrément une formation de musicien et a fait partie de deux groupes, Hiatus et Les Batteux-Slaques. «C'est ma première vocation, une passion complète et absolue», dit celui qu'on a pu voir récemment dans La disparition des lucioles de Sébastien Pilote, où il incarnait justement un prof de guitare.

C'est donc parce que cette passion est vibrante et réelle qu'ils continuent.

«Ce n'est pas qu'on gagne tant d'argent! On aurait abandonné depuis longtemps si c'était juste une passe», estime Isabelle Blais.

Les disques, ajoutent-ils, servent surtout à faire vivre les chansons et à aller à la rencontre du public. Leur premier album, sorti il y a trois ans, leur a permis de donner une soixantaine de spectacles.

Proximité musicale

Avant de devenir un couple, les deux artistes faisaient donc de la musique chacun de leur côté. Puis il y a eu l'expérience concluante de la pièce Midsummer, présentée pour la première fois à La Licorne au printemps 2012 et reprise plusieurs fois depuis, dans laquelle ils interprétaient neuf chansons. C'est ce qui leur a donné envie de mettre en commun leur talent, leurs goûts et leur vision de la musique pour aller plus loin ensemble.

«Il y a une proximité musicale qui a opéré dès le début. On fabrique vraiment l'objet à deux, et cette collégialité, en musique, ça n'arrive pas si souvent», avoue Pierre-Luc Brillant.

Pour le couple, vivre et faire de la musique ensemble s'est donc imposé naturellement. «Il y a sûrement des couples qui refusent de parler de travail à la maison, dit Pierre-Luc Brillant. Nous, c'est l'inverse. Je dirais même que c'est quand on ne travaille pas ensemble qu'on se tombe sur les nerfs!»

Isabelle Blais sourit. «On est capables de s'obstiner aussi!», répond-elle, précisant qu'un des avantages de travailler en couple est de pouvoir se dire les choses crûment. «Même si parfois c'est dur, ça ne pourrait pas tenir autrement, croit-elle. On a cette qualité de pouvoir trouver des terrains d'entente.»

Chaque projet les a menés plus loin, soutient Pierre-Luc Brillant - ils ont par exemple participé au film Le nid l'automne dernier, dans lequel ils incarnent un couple de musiciens.

«On n'a jamais fait des affaires dont on a été déçus, poursuit le guitariste. On est toujours en train de monter au lieu d'être sur le calme plat. Musicalement, il y a une super évolution entre Midsummer et maintenant. Pas que c'est meilleur, mais c'est un changement de palette, ça se peaufine.»

Recherche

Avec leur folk planant - «folk contemporain!», lance Isabelle Blais - teinté de country et de toutes sortes d'expérimentations, les deux musiciens-chanteurs sont en recherche constante.

«L'écriture de chansons en français est un défi permanent, dit Isabelle Blais, qui signe l'essentiel des textes. Arriver avec des images pas trop clichées, pas surfaites, pas trop anecdotiques.»

Il s'agit, précise-t-elle, de mettre en valeur la richesse de la langue, sans que la musique ne soit qu'un accompagnement. «Que la prosodie musicale se mélange à la prosodie textuelle», ajoute son compagnon.

Comme dans un film est composé de trois autres musiciens, et si le groupe porte ce nom, c'est justement pour ne pas trop miser sur les personnalités médiatiques des deux leaders.

«C'est plus sexy aussi que juste nos noms. Et puis ça nous éloigne de "ah, ce sont les acteurs qu'on a vus à la tv"...», explique le musicien.

Même s'ils sont conscients qu'ils peuvent être considérés comme des outsiders par le milieu de la musique - «J'ai fait une croix là-dessus depuis longtemps, faire partie de la gang», dit Isabelle Blais - , ils sont exactement là où ils veulent être. Et ont surtout hâte de remonter sur scène.

«On va travailler avec la metteure en scène Brigitte Haentjens, dit Pierre-Luc Brillant. Faire un spectacle, c'est jouissif, surtout que nos chansons sont théâtrales et que ça nous permet de jouer. C'est pour la scène qu'on fait de la musique.»

De toute façon, ils n'ont pas l'intention d'arrêter. «Ce n'est pas une ligne lancée à l'eau. On va en faire un autre, et un autre encore.»

Folk. Comme dans un film. La lune est passée par ici. B-12.

IMAGE FOURNIE PAR B-12

La lune est passée par ici