Source ID:; App Source:

Corey Hart: tout un au revoir

Trente ans après la sortie de Sunglasses at Night, la chanson qui a fait de lui une star, Corey Hart était venu dire adieu aux 12 000 fans venus l'applaudir hier soir au Centre Bell pour un ultime concert.

L'idole pop des années 1980 s'était donnée pour défi de parcourir 38 chansons de son répertoire, et Hart a pu compter sur le soutien de sa femme, la chanteuse Julie Masse avec qui il a chanté en duo à plusieurs reprises au cours de la soirée, mais qui a surtout joué les choristes aux côtés de Kim Richardson (tout en voix hier soir) et Dorian Sherwood. Un marathon à la hauteur des attentes des plus nostalgiques qui n'avaient pas vu les Corey Hart et Julie Masse sur scène depuis 2002 à la Place des Arts.

Entouré de neuf musiciens, Corey Hart est apparu en pantalon noir et veston argent pour interpréter sa reprise de la populaire chanson d'Elvis I Can't Help Falling in Love With You.

On a découvert dès les premières minutes une scénographie intéressante dont la conception visuelle a été signée par Yves Aucoin qui a créé un dispositif scénique composé d'écrans vidéo LED mettant en lumière chaque chanson.

Corey Hart a ensuite enchaîné avec un de ses plus grands succès, Boy in the Box alors que des coupures de journaux de l'époque dans lesquels il faisait les gros titres défilaient sur l'écran qui se trouvait derrière lui. Rejoint sur scène par Julie Masse pour Lone Wolf, il s'est adressé à ses fans venus en grand nombre l'applaudir.

«C'est une soirée spéciale pour moi, mon groupe et ma famille. Je sais que des fans d'à travers le monde sont venus pour voir le concert. On va rester très très longtemps ici ce soir!», a-t-il dit en s'exprimant dans les deux langues avant de partir pour un voyage à travers son répertoire des années 1980 avec des hits comme Lamp at Midnite, She Got The Radio, Waiting for You, Komrade Kiev et Eurasian Eyes.

Les spectateurs ont ensuite été plongés au milieu des années 1990 avec l'excellente Black Cloud Rain. Corey Hart a pris le temps de s'asseoir un moment pour reprendre l'Hymne à l'amour, qu'il a chanté bien entendu en duo avec Julie Masse.

«Reste ici», lui a-t-il dit à la fin de leur performance avant d'entonner Third of June. Une chanson de rigueur en ce 3 juin, date d'anniversaire de Julie Masse qui a fêté sur scène ses 44 ans. Un beau moment qui s'est terminé par un slow.

Le couple a ensuite interprété Là-bas, un de ses plus beaux duos de la soirée, puis Dix mille chevaux, extrait du dernier album de Corey Hart.

Après avoir enchaîné Love And Money et So Visible, le chanteur a terminé la première partie du spectacle avec Maggie May de Rod Stewart, un des premiers 45 tours qu'il a achetés.

«Ça fait du bien d'être ici, chez moi, à Montréal», a confié le chanteur avant de poursuivre: «C'est tellement bon, je ne comprends pas pourquoi je ne l'ai pas fait depuis 2002. Je suis vraiment con!»

S'il a offert un premier volet plus formel, enchaînant les succès, Corey Hart a surpris et touché avec une deuxième partie de soirée beaucoup plus chaleureuse et personnelle.

Après Bang et A Little Love, la foule a chanté avec lui It Ain't Enough et Corey s'est installé au piano pour Piano Man et Honesty, deux chansons de Billy Joel qu'il aimait chanter dans les bars à ses débuts à 19 ans.

Le public a également pu découvrir une composition instrumentale de Corey Hart, Ballade For Nien Cheng, interprétée par la pianiste Marika Bournaki alors que la nièce du chanteur dansait sur pointes.

Corey Hart a emmené son public de surprise en surprise, se retrouvant au fond de la salle, assis face à sa mère pour lui dédier à la guitare That's Alright Mama, alors que le public tapait des mains. Le chanteur en pleine connexion avec ses fans est reparti sur scène en traversant la foule pour chanter In Your Soul, un titre inspiré par sa mère.

Le moment le plus fort de la soirée reste la performance de Corey Hart de son grand succès Everything In My Heart, qui lui a valu une longue ovation. «Je suis tout bouleversé après cette chanson», a-t-il dit, encore ému, tout juste avant de faire monter avec lui sur scène Jonathan Roy, le nouveau poulain de son étiquette de disques Siena avec qui il a interprété Desperado de The Eagles et You Don't Mess Around With Jim de Jim Croce. Le jeune homme s'en est sorti haut la main et a offert une belle performance.

Corey Hart avait gardé le meilleur pour la fin, enchaînant en rappel Spot You In A Coalmine, Bad Case of Loving You, Hungry Heart, Sunglasses at Night, Never Surrender, My Way et Chase the Sun.

«C'est ma dernière chance, alors je vais tout laisser ce que j'ai sur scène», avait dit le chanteur quelques jours avant le grand concert. Et c'est exactement ce qu'il a fait.

À seulement 52 ans, Corey Hart quitte la scène et repart pour Nassau avec Julie Masse et leurs quatre enfants, laissant derrière lui une autobiographie, Chasing The Sun et un concert d'adieu dont ses fans devraient se souvenir encore très longtemps.




la boite: 1600147:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer