Au printemps 2009, la rencontre entre Modeselektor (Gernot Bronsert, Sebastian Szary) et Apparat (Sascha Ring) avait fait mouche. Sous la bannière Moderat, la fusion de ces entités berlinoises laissait alors l'impression d'atteindre l'équilibre idéal entre les tendances électroniques de l'heure et la grande tradition allemande en la matière.

Publié le 11 avr. 2016
Alain Brunet LA PRESSE

Par la suite, Apparat en a surpris plus d'un: il s'était mis au chant et aux «vrais» instruments, suggérant une synthpop de bonne qualité, sans se démarquer pour autant.

Pour le troisième album à l'enseigne de Moderat, Apparat importe cette forme chanson auprès de ses collègues de Modeselektor. Pour le mieux?

Traversées par les influences de ses concepteurs (techno allemande, glitch, microhouse, IDM), ces chansons s'avèrent bien ficelées, senties, parfois viscéralement exprimées, très bien réalisées, serties de trouvailles dans les arrangements, mais des impressions de dilution remontent parfois à la surface.

En 2016, Moderat a-t-il meilleur goût?

* * * 1/2

ÉLECTRO, SYNTHPOP. III. Moderat. Monkeytown Records.