Locomotive du blues touareg, Tinariwen a ajouté un sixième wagon à son aventure avec Emmaar, paru en février dernier.

CHARLES-ÉRIC BLAIS-POULIN LA PRESSE

Ce collectif apatride a su une nouvelle fois incarner l'espoir du Mali du Nord à reconquérir, à un moment où le peuple subissait exils et exactions sous l'emprise des djihadistes d'Ansar Dine et où même la musique a été mise à l'index. Et c'est bien de musique dont il est question ici. Chèche au visage et guitare aux poings, rock californien dans les amplis et folklore saharien dans la voix, Tinariwen promène un son entre tradition et modernité.

Avec des contributions américaines du guitariste Josh Klinghoffer (Red Hot Chili Peppers), du slameur Saul Williams ou encore du musicien Matt Sweeney, les rockeurs organisent en 11 pièces une rencontre entre deux déserts - celui de Joshua Tree, lieu d'enregistrement, et celui du Sahara - qui trouve peu d'égal dans la discographie de Tinariwen.

À écouter: Tahalamot

MUSIQUE DU MONDE

Tinariwen

Emmaar

Anti

****