En juin 2011, le groupe électro-pop-punk français Shaka Ponk lançait The Geeks & The Jerkin Socks, troisième album duquel est notamment tirée l'entêtante My Name is Stain.

Philippe Renaud, collaboration spéciale LA PRESSE

Elle apparaît même sur les playlists de nos radios commerciales au printemps dernier. J'imagine le fin stratège du label imaginant que les fans du groupe ne connaissent pas bitTorrent et que c'est une bonne idée de lancer l'album sur le marché québécois neuf mois plus tard...

M'enfin, Shaka Ponk  a bien joué en recrutant la chanteuse Sam, qui reconfigure le groupe en une fusion  entre les B 52's et No Doubt : voix stridentes sur refrains accrocheurs, rythmes tantôt dansants (Dancing Dead), tantôt rentre-dedans (les guitares qui fusent sur Reset After All ou la furieuse Shiza Radio), avec la bénédiction de Bertrand Cantat qu'on entend sur Palabra Mi Amor. Un joyeux bordel de muscle et de riffs : rien de nouveau sous le soleil, mais une énergie du tonnerre.

À écouter : Shiza Radio

ROCK

SHAKA PONK

The Geeks & The Jerkin Socks

***

Tôt ou Tard