L'été dernier, Harry Manx nous annonçait un album très acoustique, presque solo, un disque essentiellement instrumental dans lequel la mohan veena serait très présente. Or, cet Om Suite Ohm a beaucoup changé depuis.

Alain de Repentigny LA PRESSE

On n'y trouve plus que trois des musiques écrites avec le compositeur Hans Christian, dont une seule instrumentale (la fort belle The Blues Dharma), et une reprise, Carry My Tears, moins dépouillée que sur l'album avec Kevin Breit en 2011. Manx est entouré de plusieurs musiciens dont les fidèles Yeshe (percussionniste) et Clayton Dooley (organiste et pianiste) et il utilise peu sa mohan veena au profit des guitares slide, acoustique et électrique, qui témoignent tout autant de son amour pour la musique indienne.

Les réussites - Way Out Back, inspirée de la culture aborigène australienne, et l'adaptation d'A Love Supreme de Coltrane au carrefour du jazz et de la musique du monde - côtoient quelques chansons plus convenues dans ce qui demeure un album de haute tenue.

À écouter: Love Supreme

MUSIQUE DU MONDE/BLUES

HARRY MANX

OM SUITE OHM

***1/2

DOG MY CAT