Habituellement, écouter un nouvel album de Ladytron, c'est comme commander un gin tonic dans un bar.

Émilie Côté LA PRESSE

On sait ce que ça va goûter, on sait que ça va être bon, mais ce ne sera pas extraordinaire comme la première fois qu'on a fait la découverte. Gravity The Seducer, cinquième album de la formation électro britannique, surpasse toutefois la recette. Les chansons respirent avec plus d'espace et de profondeur tout en suscitant davantage l'introspection.

Douce et cinématographique, la première pièce, White Elephant, introduit magnifiquement l'album. Le titre d'Altitude Blues dit tout sur le vertige et l'évasion jubilatoire que suscite la chanson. Il y a des titres avant tout pour danser (Ace of Hz, Ritual), mais là où Ladytron nous surprend davantage, c'est avec des pièces plus vaporeuses que rythmées comme Ambulances et 90 Degrees, qui transpirent une vulnérabilité insoupçonnée de la part d'un groupe connu pour être de marbre. C'est comme si la noirceur et l'effet de glace du groupe s'étaient transformés en sensibilité... (Ladytron sera en spectacle au Théâtre TELUS le 6 octobre.)

À télécharger: White Elephant

Électro

Ladytron

Gravity The Seducer

*** 1/2

Nettwerk