Le chanteur R. Kelly, reconnu coupable d’avoir mis en place un système d’exploitation sexuelle, a été condamné à 30 ans de prison.

Publié le 29 juin
Marissa Groguhé
Marissa Groguhé La Presse

L’homme de 55 ans, Robert Sylvester Kelly de son vrai nom, est en prison depuis l’été 2019. Il a été reconnu coupable et condamné pour racket et transport de personnes sur le territoire des États-Unis à des fins de prostitution. Il fait encore face à des accusations de pornographie juvénile et d’obstruction à la justice à Chicago, ainsi que d’autres charges dans les États de l’Illinois et du Minnesota.

Quelque 45 personnes, dont une dizaine de victimes, ont témoigné dans le cadre de son procès à New York. Il avait été jugé coupable des neuf chefs d’accusations pesant contre lui dans la cour new-yorkaise en septembre dernier. Il était depuis en attente de la tombée de sa sentence.

Celui qui a été une figure influente de la musique dans les années 1990 et 2000 avait subi un procès de six semaines durant lequel il a été révélé qu’il demandait à ses employés d’attirer des admirateurs et des aspirants chanteurs jusqu’à lui. Alors, il séquestrait, contrôlait et abusait de ses victimes, notamment en les enfermant dans des pièces sans nourritures ou accès à des toilettes pendant des jours.

Face au danger qu’il représenterait pour le public et l’apparente absence de remords, les procureurs fédéraux avaient demandé une peine de plus de 25 ans. Son avocate, Jennifer Bonjean (qui représentait également Bill Cosby), souhaitait une peine de dix ans maximum, compte tenu de ce qu’elle a décrit comme de « l’hypersexualité » résultant des abus qu’il aurait lui-même subis dans l’enfance.

R. Kelly devrait maintenant être transféré à Chicago pour un autre procès qui débutera en août.