Le tsunami BTS ravage tout sur son passage. La formation K-pop a obtenu l’ultime consécration lors de la 49e cérémonie des American Music Awards, qui s’est tenue dimanche soir, en direct de Los Angeles.

Léa Carrier
Léa Carrier La Presse

Balayage

PHOTO MARIO ANZUONI, REUTERS

Le groupe BTS

S’il y avait de l’électricité dans l’air du théâtre Microsoft, où se déroulait la soirée, il fallait y voir l’effet BTS, couronné artiste de l’année. Les décibels montaient d’un cran chaque fois que le groupe sud-coréen foulait la scène (ou même que son nom était mentionné). Rappelons que c’est le public qui choisit les gagnants aux American Music Awards. Et avec son armée d’admirateurs, BTS n’a laissé aucune chance à ses concurrents. La formation a raflé toutes les catégories dans lesquelles elle était nommée, dont meilleure chanson pop pour Butter et meilleur groupe ou duo pop.

Une soirée électrisante

PHOTO AGENCE FRANCE-PRESSE

La rappeuse Cardi B, animatrice de la soirée

Il faut leur donner, les organisateurs des American Music Awards savent monter un bon spectacle. La cérémonie était un feu roulant de numéros électrisants, de la bataille des boy bands qui opposait New Kids on the Block à New Edition (les seconds ont manifestement mieux vieilli) à l’animation menée par Cardi B — la deuxième rappeuse à s’acquitter de la tâche, après Queen Latifah en 1995. L’interprète d’Up, nommée meilleure chanson hip-hop, a visiblement pris plaisir à son rôle, étirant ses « yeah » et criant parfois jusqu’à en perdre le souffle.

Olivia Rodrigo repart (presque) bredouille

PHOTO AGENCE FRANCE-PRESSE

L’auteure-compositrice-interprète Olivia Rodrigo

Avec sept sélections, Olivia Rodrigo partait en tête de course de la cérémonie, devant les plus grands noms de l’industrie. Jusqu’à la fin de la soirée, le public croyait qu’elle partirait les mains vides, mais l’interprète de Driver’s Licence a cueilli le prix de nouvelle artiste de l’année à la dernière minute. L’artiste âgée tout juste de 18 ans a eu l’occasion de démontrer ses talents de vocaliste dans une interprétation tout en simplicité de Traitor. C’était elle, sa guitare et son cœur brisé. Comme sur le plancher de la chambre qui l’a fait connaître, il y a moins d’un an.

Pour le meilleur… et pour le pire

PHOTO MARIO ANZUONI, REUTERS

La performance de Coldplay et de BTS

Le prix citron de la soirée revient sans tergiverser au duo formé du groupe rock Coldplay et de la formation sud-coréenne BTS. Ils ont présenté sur scène le fruit de leur première collaboration, My Universe, une chanson pop convenue, sans couleur — et que la performance en direct n’a pas réussi à sauver. Les 11 artistes sur scène (BTS à lui seul compte 7 membres) rebondissaient sur les « You Are My Universe » avec maladresse et trop de fausses notes pour être pardonnés. À l’inverse, Tyler, The Creator a marqué un sans-faute. Sa performance de MASSA était sans aucun doute le moment fort de la soirée. Il a livré toutes les lignes avec une précision infaillible et un sens du spectacle apparent.

La musique latine à l’honneur

PHOTO MARIO ANZUONI, REUTERS

L’artiste reggaeton Bad Bunny

Il n’y avait pas que la pop et le R & B qui étaient à l’honneur dimanche soir. La musique latine aussi. Bad Bunny s’en est fait le porte-étendard lorsqu’il a été couronné meilleur artiste masculin latino en ouverture de cérémonie. « Muchas gracias ! », a-t-il lancé à la foule dans un discours prononcé exclusivement en espagnol. Plus tard, l’artiste reggaeton originaire de Porto Rico a troqué son ensemble menthe pour une combinaison futuriste et a grimpé dans une structure étrange pour interpréter son succès Lo Siento BB : /, sous les encouragements enthousiastes de la foule. Pour ajouter à la célébration du son latino, une nouvelle catégorie récompensant le meilleur groupe ou duo latino a été ajoutée au programme de la soirée, sur laquelle Banda MS a mis la main.