Douze programmes, dont la moitié sera dirigée par le chef principal Yannick Nézet-Séguin, cinq femmes parmi les maestros invités, des compositrices à l’honneur et un coup d’envoi le 30 septembre avec le Concerto en sol majeur de Ravel : voilà en substance ce qui attend le public de l’Orchestre Métropolitain (OM) pour la saison 2021-2022.

Charles-Éric Blais-Poulin
Charles-Éric Blais-Poulin La Presse

Les musiciens renoueront avec la Maison symphonique après un an d’attente et de doute. « Le temps nous a rendus encore plus complices, plus soudés, explique le directeur artistique Yannick Nézet-Séguin dans un communiqué. Je vous invite à vous envelopper de cette intimité, de ce lien que je chéris depuis plus de vingt ans, de cette union si spéciale qui nous apporte réconfort et confiance en l’avenir. Nous avons hâte de vous voir en salle, de vous sentir près de nous. »

L’Orchestre Métropolitain, fondé en 1981, célèbre son 40e anniversaire sous le signe de la connivence. « Après 40 ans, notre Orchestre est plus uni que jamais : on se connaît par cœur, et on vibre ensemble au rythme de chaque phrasé qu’on vous offre, de chaque coup d’archet qu’on vous livre », commente Nézet-Séguin.

Le chef principal sera à la barre de six concerts, alors qu’autant d’autres seront confiés à des maestros invités. Parmi eux, cinq femmes : Erina Yashima, JoAnn Falletta, Speranza Scappucci, Jane Glover et Nathalie Stutzmann.

L’OM explique aussi avoir voulu mettre à l’honneur des compositrices « que l’histoire a injustement négligées, comme Florence Price (Symphonie no 1), pionnière de la musique américaine, Louise Farrenc (Symphonie no 3) et Lili Boulanger (D’un matin de printemps). » La programmation fera en outre une place aux contemporaines Barbara Assiginaak, Jessie Montgomery et Paola Prestini.

Le chef Nicolas Ellis, en plus de diriger le Concerto pour orchestre de Bartók et le Concerto pour violon de Nielsen avec Yukari Cousineau, violon solo, reprendra son rôle de collaborateur artistique pour une quatrième année.

Parmi les autres solistes à l’affiche : le pianiste Nicholas Angelich, le violoniste Kerson Leong, le violoncelliste Stéphane Tétreault, le guitariste MILOŠ, l’altiste Elvira Misbakhova et le clarinettiste Simon Aldrich.

De leur côté, Yannick Nézet-Séguin et l’OM poursuivront un cycle consacré à Sibelius avec la Symphonie no 4, en plus d’interpréter Promenade, une commande faite à la compositrice québécoise Isabelle Panneton. « Ces œuvres seront jumelées à la grande fresque romantique du Concerto de Québec d’André Mathieu, interprété par le pianiste JeanPhilippe Sylvestre », précise l’OM.

Le coup d’envoi de la saison 2021-2021 sera donné le 30 septembre avec le Concerto en sol majeur de Ravel, avec la contribution de la pianiste Hélène Grimaud.

Cinq des douze programmes seront offerts en webdiffusion.