L’arrivée de Rafael Payare, le retour de Zubin Mehta, les 10 ans de la Maison symphonique, la pandémie : la saison 2021-2022 de l’Orchestre symphonique de Montréal s’annonce unique. Son nouveau directeur musical en parle comme d’un coup d’œil sur les prochaines années.

Alexandre Vigneault
Alexandre Vigneault La Presse

L’Orchestre symphonique de Montréal (OSM) dévoilera ce mardi la programmation des dizaines de concerts qui formeront sa 88e saison. Il y aura notamment du Chostakovitch (Cinquième symphonie) en ouverture, du Beethoven (la Neuvième) en clôture. Le nom qu’on retient, c’est toutefois celui qui dirigera ces deux programmes : Rafael Payare, nouveau directeur musical de l’OSM.

Nommé en janvier, en pleine pandémie, le maestro Payare amorce en effet sa première année à la tête de l’OSM. Il n’est pas le principal architecte de la saison 2021-2022 – l’essentiel du programme a été construit par Marianne Perron, directrice de la programmation musicale –, mais il a soigneusement sélectionné la dizaine d’œuvres qu’il dirigera. Le chef, qui a beaucoup pigé dans les répertoires allemand et russe, les envisage comme un « menu dégustation » qui donnera un avant-goût de ce qu’il souhaite approfondir au cours des prochaines années.

Rafael Payare entreprendra sa saison le 9 septembre lors d’un concert extérieur sur l’esplanade du Stade olympique. L’oiseau de feu de Stravinsky et un extrait de Roméo et Juliette de Tchaïkovski seront entre autres au programme. Il fera son entrée en salle quelques jours plus tard avec une œuvre taillée pour l’époque, selon lui : la Cinquième symphonie de Chostakovitch, écrite en 1937, période marquée par les purges staliniennes.

Chostakovitch se trouvait à un carrefour au moment de sa Cinquième symphonie. Il a choisi la voie de la résilience et de l’espoir. Malgré tout ce qui se passait, tout ce qui lui arrivait, il a choisi l’espoir de survivre.

Rafael Payare, directeur musical de l’OSM

Cette résilience fait écho, selon lui, aux 20 mois de pandémie que la planète vient de traverser et dont on ne voit toujours pas la fin. Rafael Payare, qui dégage beaucoup d’énergie positive, ajoute faire un lien entre cette œuvre et celle qu’il dirigera quelque jours plus tard, la Deuxième symphonie de Brahms, qui distille la joie.

L’OSM a concocté un abonnement spécial pour ceux qui voudraient découvrir les différentes facettes de la musicalité de son nouveau chef : « À la découverte de Rafael Payare ».

Chefs émérites

La foisonnante programmation de la saison 2021-2022 est aussi marquée par le retour à Montréal de Zubin Mehta, qui dirigera un programme consacré à Wagner, 60 ans après avoir été nommé directeur musical de l’OSM. Il est l’un des trois chefs émérites de l’orchestre, avec Wilfrid Pelletier et Kent Nagano. Ce dernier reviendra aussi à Montréal, en décembre, pour un nouveau conte symphonique de Noël avec Fred Pellerin. Il s’agit de la cinquième collaboration entre l’OSM et le conteur.

Rafael Payare a déjà dirigé l’OSM à plusieurs reprises, notamment pour des captations réalisées en janvier 2021, au moment de sa nomination. Il juge que la connexion est déjà bonne avec l’orchestre et se réjouit de présider aux retrouvailles avec le public.

On a cette soif d’être ensemble, de faire de la musique et de porter notre message à l’auditoire.

Rafael Payare

D’espoir et de joie

« On pourrait dire que c’est souffrant, mais il faut penser que l’auditoire a aussi besoin de s’évader, que d’aller au concert, c’est entrer dans un autre monde et que ça n’a pas été possible depuis la pandémie, constate-t-il. Tout se met en place pour que l’étincelle de joie qu’on souhaite emmener puisse se produire. »

En plus de nombreux solistes, dont la violoniste Hilary Hahn, le pianiste Louis Lortie et l’organiste émérite Olivier Latry, qui a supervisé la disposition et la conception du Grand Orgue Pierre-Béique, l’OSM accueille aussi deux artistes en résidence : le chef américain Michael Tilson Thomas et la compositrice canadienne d’origine serbe Ana Sokolovic.

La série de concerts pop est surtout consacrée au hip-hop (IAM, bien sûr, mais aussi un programme mêlant notamment Koriass, FouKi, Dead Obies et Alaclair Ensemble). L’OSM fusionnera aussi avec le groupe montréalais Bell Orchestre pour interpréter les morceaux de House Music, le plus récent album du groupe, dans des arrangements symphoniques signés Owen Pallett.

Consultez le site de l’OSM