À quelques jours du début du festival Fierté Montréal, une controverse dans le milieu de la musique aux États-Unis rappelle que l’intolérance et la discrimination envers les homosexuels et les personnes porteuses du VIH ne sont pas des histoires anciennes.

Luc Boulanger
Luc Boulanger La Presse

Dimanche dernier, le rappeur DaBaby a tenu des propos qui en ont choqué beaucoup après leur diffusion sur l’internet. Le chanteur a fait des commentaires sexistes et homophobes, lors d’un concert au festival Rolling Loud, à Miami. Or, la goutte qui a fait déborder le vase, ce sont ses propos discriminatoires envers les personnes séropositives. « Si vous n’êtes pas venus aujourd’hui avec le VIH, le sida ou d’autres maladies sexuellement transmissibles qui vous tuent en deux, trois semaines, allumez vos téléphones. »

Des déclarations qui lui ont valu une pluie de critiques sur les réseaux sociaux. Jeudi soir, Madonna a condamné ces propos « ignorants » sur Instagram : « Je prie pour ton ignorance », a-t-elle écrit.

Lisez la publication de Madonna

PHOTO EVAN AGOSTINI, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

Madonna

Outré, Elton John, ardent défenseur de la lutte contre le sida, a rappelé au chanteur américain que le VIH ne faisait pas de discrimination. « Le virus a déjà touché plus de 70 millions de personnes dans le monde (hommes, femmes, enfants et personnes les plus vulnérables) », a indiqué la star, en précisant qu’on pouvait vivre longtemps et en bonne santé avec le VIH.

PHOTO CAITLIN OCHS, ARCHIVES REUTERS

Elton John, lors du gala de l’Elton John AIDS Foundation, à New York, en 2018

Nous avons été choqués de lire les informations erronées sur le VIH et les déclarations homophobes faites par DaBaby. Cela alimente la stigmatisation et la discrimination et est à l’opposé de ce dont notre monde a besoin pour lutter contre l’épidémie de sida.

Elton John

Lisez la publication d'Elton John

L’affaire a aussi fait la une du magazine de musique Rolling Stone. Et la chanteuse Dua Lipa, qui avait réalisé le printemps dernier un remix de sa chanson Levitating avec le rappeur, a dénoncé ses propos et réitéré sur Instagram son soutien à la cause LGBTQ.

« Je suis surprise et horrifiée par les commentaires de DaBaby. Je ne reconnais vraiment pas dans ce discours la personne avec qui j’ai travaillé. Je sais que mes fans savent où se trouve mon cœur et que je soutiens à 100 % la communauté LGBTQ. Nous devons nous unir pour lutter contre la stigmatisation et l’ignorance autour du VIH », a-t-elle dit.

De fausses excuses

Face au tollé, l’artiste rap, de son vrai nom Jonathan Lyndale Kirk, a d’abord fait de timides excuses sur Twitter… tout en déplorant que ses propos soient récupérés par des sympathisants de la cause LGBTQ et antisida qui désirent « faire le buzz » sur leurs réseaux. Puis, mercredi, il a répondu avec la diffusion d’une vidéo, Giving What It’s Supposed to Give. Dans cette réponse virale, DaBaby dénonce ceux qui lui font un procès. Il estime être « une nouvelle cible de la cancel culture » (culture du bannissement) et des militants LGBTQ.

La vidéo de près de cinq minutes réalisée par le chanteur se termine par ce message au générique : « Ne combats pas la haine par la haine. Mes excuses pour être moi-même. De la même manière que vous voulez la liberté d’être vous-même. »

Regardez la vidéo de DaBaby

Comme si ça ne suffisait pas de surfer sur une controverse durant cinq jours, DaBaby a publié (puis retiré) un message sur Twitter jeudi. En gros, il disait aux gens qui font mousser leur cause sur son dos… de lui sucer vous savez quoi…

Premier contrat rompu

La marque de prêt-à-porter Boohoo Man a réagi à la polémique vendredi en annonçant « qu’elle ne travaillera plus avec DaBaby », comme elle l’avait fait pour une précédente collection lancée en juin dernier. « Nous condamnons l’usage de propos homophobes, car la diversité et l’inclusion sont l’essence de notre marque », a déclaré un porte-parole de Boohoo.

Paradoxalement, cet évènement arrive à un moment où de jeunes rappeurs noirs américains, comme Lil Nas X, se déclarent ouvertement gais et dénoncent l’homophobie de certains artistes hip-hop. Comme dans cette récente vidéo, intitulée Industry Baby, et vue 50 millions de fois depuis le 23 juillet.

Regardez la vidéo Industry Baby